débarouler

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

(1864) Dérivé de barouler avec le préfixe dé-, sans doute sous l’influence de descendre et dégringoler. Verbe d’origine lyonnaise essentiellement utilisé dans le sud-est de la France, intégré au dictionnaire Larousse depuis 2018.

Verbe [modifier le wikicode]

débarouler \de.ba.ʁu.le\ 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. (Transitif) (Lyonnais) (Rhône-Alpes) (Jura) (Midi de la France) Dévaler.
    • Supposez que j’aie soif, mais soif comme mon ami Gnafron, qui a toujours la pépie. Je débaroule les escaliers quatre à quatre pour aller rendre visite à ma centpote. — (Louis Jacquier, La politique de Guignol : Gnafron & Cie, J. Besseyre et Cie, 1876, page 135)
    • Il a débaroulé toute l’Epaule et rebondi sur le glacier. Plus de quatre cents mètres de chute ! On a dû chercher longtemps ; finalement, on l’a retrouvé au fond d’une crevasse […]. — (Roger Frison-Roche, Premier de cordée, B. Arthaud, 1941, page 207)
  2. (Intransitif) (Lyonnais) (Rhône-Alpes) (Jura) (Midi de la France) Tomber en roulant, dégringoler d’une pente, d’un escalier.
    • Tais !.. Je parie qu’elle a débaroulé dans le trou de c’te cascade. — (François Barrillot, La mort du Diable : drame féerique en cinq actes et quinze tableaux, imprimerie de Chanoine, Lyon, 1864, acte IV, onzième tableau, scène III)
    • L’automne suivant donc, je fais mon tour avec ma lampe, et voilà que je me prends le pied dans une racine et je « débaroule » jusque devant le poulailler. — (René Proriol, Une vie de femme en 1900: Antoinette : souvenirs, L’Harmattan, 1995, page 182)
  3. (Intransitif) (Par extension) (Lyonnais) (Rhône-Alpes) (Jura) (Midi de la France) Arriver de façon violente ou de façon soudaine.
    • Z’enfants, faites pas attention si je sis pas ben figurable c’te semaine, c’est Gnafron que m’a poché un quinquet en me faisant peter la miaille. Y m’a débaroulé sus la carcasse, un de ces matins, comme une bardoire contre un réverbère ; y riait, y gigaudait, y fesait de z’incamos. — (Guignol, Aux gones de Lyon, Journal de Guignol, 5 août 1866, page 1)
    • J’étais à El Biar, vous connaissez? sur les hauteurs d’Alger, paf, je débaroule en bas: toc toc toc: personne. — (Serge Pauthe, Lettres aux parents: Correspondance d’un appelé en Algérie, page 162, L’Harmattan, 1993)

Variantes[modifier le wikicode]

Traductions[modifier le wikicode]

Prononciation[modifier le wikicode]

Anagrammes[modifier le wikicode]

Références[modifier le wikicode]

  • Pierre Rézeau, Dictionnaire des régionalismes de France, De Boeck, 2001, pages 341-342