dédaigner

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Français[modifier]

Étymologie[modifier]

Dérivé de daigner avec le préfixe dé-.

Verbe [modifier]

dédaigner \de.de.ɲe\ ou \de.dɛ.ɲe\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Considérer avec dédain, regarder comme au-dessous de soi, comme indigne de ses désirs.
    • Le Messie, Jésus, fils de Marie, est l’apôtre de Dieu et son verbe qu’il jeta dans Marie ; […] Le Messie ne dédaigne pas d’être le serviteur de Dieu, pas plus que les anges qui approchent Dieu. Quant à ceux qui dédaignent d’adorer Dieu, qui s’enflent d’orgueil, Dieu les rassemblera tous devant lui. Ceux qui croient et pratiquent les bonnes œuvres, Dieu leur payera exactement leur salaire : il l’accroîtra même du trésor de sa grâce ; mais il fera subir un châtiment terrible aux dédaigneux et aux orgueilleux. Ils ne trouveront ni patron ni protecteur contre Dieu. — (Le Koran, trad. Kazimirski, Charpentier, 1869, Les femmes, versets 169-173)
    • S’il ne dédaigne pas un verre de vodka offert à propos, il saura m’en dire long sur le pays : […]. — (Jules Verne, Claudius Bombarnac, ch. V, J. Hetzel et Cie, Paris, 1892)
    • Dans les circonstances difficiles il ne faut pas dédaigner de faire appel, comme autrefois les Germains, aux conseils des femmes ; car elles ont une manière de concevoir les choses toute différente de la nôtre. — (Arthur Schopenhauer, Essai sur les femmes, dans Pensées & Fragments, traduction par J. Bourdeau , Félix Alcan, éditeur, 1900 (16e édition))
    • Le soir, dédaignant les taxis, je rentrais à bord presque toujours en courant pour me maintenir en bonne condition physique. — (Alain Gerbault, À la poursuite du soleil; tome 1 : De New-York à Tahiti, 1929)
    • Mais le maître des Hautes Héez dédaigne toute convenance. Qu’il garde sa barbe toute entière, mais qu’il la cultive. Elle lui donne l’air d’un Robinson, d’un homme des cavernes, voire d’un hors-la-loi: — (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958)
    • Entre donc d'abord avec moi dans mon logement qui est, sans contredit, le meilleur et le plus commode qu’un étranger puisse trouver à Bone, mais qu’en Europe mon valet de chambre dédaignerait d’occuper. — (Hermann Ludwig Heinrich Pückler-Muskau, Chroniques, lettres et journal de voyage, 1837)
    • Il dédaigne mes services. — Elle a dédaigné tous ceux qui ont voulu l’épouser. — Il dédaignait de nous parler.

Synonymes[modifier]

Traductions[modifier]

Prononciation[modifier]

Références[modifier]