déguenillé

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Voir aussi : déguenille

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

 Dérivé de guenille, avec le préfixe dé-, qui n'a pas le sens de la négation ou de la destruction mais qui doit être compris comme porteur d'une valeur dépréciative[1].

Adjectif [modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
Masculin déguenillé
\dɛɡ.ni.je\

déguenillés
\dɛɡ.ni.je\
Féminin déguenillée
\dɛɡ.ni.je\
déguenillées
\dɛɡ.ni.je\

déguenillé \dɛɡ.ni.je\

  1. Qui est vêtu de guenilles.
    • L'aspect misérable des maisons de l'île, les soldats turcs déguenillés, quelques canons rongés de rouille, couchés sur des affûts en ruine, et l'aridité des grèves offraient un triste spectacle. — (Arnauld d'Abbadie, Douze ans de séjour dans la Haute-Éthiopie, 1868)
    • Ce grand sapin étendu sur la pente, ces coups de tonnerre, ces petits coureurs de forêts déguenillés et charmants, on aurait dit un conte du chanoine Schmidt… — (Alphonse Daudet, Alsace ! Alsace !, dans Contes du lundi, 1873, Fasquelle, réédition Le Livre de Poche, 1974, page 110)
    • Je n’ai jamais vu rien de plus luxueux ; partout des glaces et des dorures, le comptoir est en argent. Cependant, les gens qui se tiennent debout devant ce comptoir ou appuyés de l’épaule contre les murailles ou contre les tonneaux, sont déguenillés, quelques-uns n’ont pas de souliers, et leurs pieds nus qui ont pataugé dans la boue des cloaques, sont aussi noirs que s’ils avaient été cirés avec un cirage qui n’aurait pas encore eu le temps de sécher. — (Hector Malot, Sans famille, 1878)
    • La toute petite fille était une gaminette de trois ou quatre ans à peine, très crasseuse et très déguenillée, aussi large que haute, et fagotée on ne sait comment, à la je m'en moque. — (Le Journal de Françoise, 1904, volumes 3-4, page 651)
    • D'un étage à l'autre, c'était un remue-ménage incessant de paras, qui montaient et descendaient, chassant devant eux des Musulmans, prisonniers déguenillés, barbus de plusieurs jours, […]. — (Henri Alleg, La Question, 1957)
  2. Qui est en forme de guenille.
    • Ce qui achève le cauchemar, c'est le lugubre postillon en vieille cape déguenillée qui sautille éternellement dans la clarté jaunâtre. — (Hippolyte Taine, Voyage en Italie, volume 2, 1866)

Nom commun [modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
déguenillé déguenillés
\dɛɡ.ni.je\

déguenillé \dɛɡ.ni.je\ masculin (pour une femme, on dit : déguenillée)

  1. Personne qui est vêtue de guenilles.
    • Elle avait remarqué que les gens la regardaient déjà d’une façon peu encourageante à son premier passage, et il lui avait semblé que les chiens eux-mêmes montraient les dents à la déguenillée inquiétante qu’elle était. — (Hector Malot, En famille, 1893)
    • […] et commence la cueillette du butin. N'ayant plus ni chaussettes, ni bottines, ni sac, les déguenillés remontent tranquillement leur garde-robe. — (Marguerite Baulu, La Bataille de l'Yser, Paris, Perrin & Cie, 1918, page 359)

Forme de verbe [modifier le wikicode]

Voir la conjugaison du verbe dégueniller
Participe Présent
Passé (masculin singulier)
déguenillé

déguenillé \de.ɡə.ni.je\

  1. Participe passé masculin singulier du verbe dégueniller.

Prononciation[modifier le wikicode]

Références[modifier le wikicode]