dénigration

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Voir aussi : denigration

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

(XIVe siècle) Du latin denigratio (« action de teindre en noir, action de noircir »). Il se peut que ses cognats comme le mot anglais denigration aient une influence sur l’utilisation de ce mot.

Nom commun [modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
dénigration dénigrations
\de.ni.ɡʁa.sjɔ̃\

dénigration \de.ni.ɡʁa.sjɔ̃\ féminin

  1. (Très rare) Dénigrement ; fait de dénigrer.
    • « Ce protocole prévoit également qu’elle s’abstienne de toute dénigration à l’encontre du groupe ou de ses dirigeants et il lui impose une clause de non concurrence de deux ans ». — (« Anne Lauvergeon persiste dans sa bataille en justice contre Areva », LaTribune.fr, 3 avril 2012)
    • Il n’empêche que cette dénigration quasi systématique des guérisseurs indiens devait assurément servir à étayer davantage la supériorité de la société dominante et qu’elle a dû également retarder une meilleure étude, analyse et compréhension des pharmacopées amérindiennes. — (Daniel Clément, « Les fondements historiques de l’ethnobiologie (1869-1899) », Antrhopologica XL, 1998)
    • Nous aurions mauvaise grâce à omettre ici une circonstance qui démontre clairement à quel excès peut se porter l’esprit de dénigration dont l’ouvrage de M. Walsh fut en partie la rétorsion. — (Eugène A. Val, De la littérature et des hommes de lettres des États-Unis d’Amérique, 1841)
    • La procédure de dénigration poétique s’exerce dans ce « jeu poétique enragé » qui traverse les textes de prévert, détachant sa poésie de tout procédé formel : […] — (Carole Aurouet, Daniel Compère, Danièle Casiglia-Laster, Arnaud Laster, Jacques Prévert, Frontières effacées, page 44, L’Age d’Homme, 2003)
    • Au reste, la vile dénigration de l'insulteur public qui suivait, autrefois, le char du triomphateur romain, ne manqua point aux deux vainqueurs. — (Paul Dieudonné Fabar, L'Algérie et l'opinion, 1840-1846 ; J. Corréard éditeur, Paris, 1847, page 52.)
    • Son parti-pris de pessimisme et de dénigration, parfois, m'horripile. — (Gustave Guiches, Le banquet, Huysmans dans la ville ; Éditions Spes, Paris, 1926, page 108.)

Synonymes[modifier le wikicode]

  • dénigrement (qui est le mot courant, le mot actuellement considéré comme normal)

Traductions[modifier le wikicode]

Prononciation[modifier le wikicode]

  • France (Lyon) : écouter « dénigration »

Références[modifier le wikicode]

  • Le Robert, Dictionnaire historique de langue française, 2010.