déserteur

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

(1253) Dérivé de désertant avec le suffixe -eur. Le sens initial est « celui qui part » ; le sens de « soldat qui déserte » apparaît au XVIIe siècle.

Adjectif [modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
Masculin déserteur
\de.zɛʁ.tœʁ\

déserteurs
\de.zɛʁ.tœʁ\
Féminin déserteuse
\de.zɛʁ.tøz\
déserteuses
\de.zɛʁ.tøz\
Singulier Pluriel
Masculin déserteur
\de.zɛʁ.tœʁ\

déserteurs
\de.zɛʁ.tœʁ\
Féminin désertrice
\de.zɛʁ.tʁis\
désertrices
\de.zɛʁ.tʁis\

déserteur \de.zɛʁ.tœʁ\

  1. Qualifie celui ou celle qui déserte.
    • Une employée de maison portugaise qui tombe amoureuse d’un serveur de passage, tandis que le fantôme d’une mère encore vivante, mais déserteuse, dialogue avec le fils qu’elle n’a pas désiré. — (Christine Bini, Kundera : la bonne humeur comme ligne de conduite, dans La Règle du jeu, 9 avril 2014 [texte intégral])
    • […] ils prétendent que Tyndare oublia Vénus dans un sacrifice qu’il offrit à tous les dieux, et qu’en punition de ce mépris, Vénus fit en sorte que les filles de ce prince fussent bigames, trigames, et désertrices de leurs maris. — (Pierre Bayle, Dictionnaire historique et critique, t. 7 (G-Hem), Desoer, Paris, 1820, page 546)

Nom commun [modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
déserteur déserteurs
\de.zɛʁ.tœʁ\

déserteur \de.zɛʁ.tœʁ\ masculin (pour une femme on dit : déserteuse)

  1. (Militaire) Celui qui déserte ou qui a déserté, au propre et au figuré.
    • — […], je me tais sur ce point comme sur beaucoup d’autres. Il n’appartient pas à un déserteur de faire fi des innombrables courages qui luttent, là même où il n’a pas su demeurer. — (Eugène Fromentin, Dominique, L. Hachette et Cie, 1863, réédition Gründ, page 238)
    • Dans une cave, une patrouille égarée du ***, que les compagnies se passent, que le capitaine Fontange félicite, que le capitaine Perret veut fusiller comme déserteurs. — (Jean Giraudoux, Retour d’Alsace - Août 1914, 1916)
    • […], il ne manqua pas de déserteurs en Lozère comme dans les autres départements. Pour les réduire au devoir, l'autorité employa d'abord les gendarmes, mais ceux-ci attrapèrent plus de coups que de soldats ; puis elle eut recourt aux garnisaires : on mettait des soldats en pension forcée chez les parents des conscrits réfractaires jusqu'à reddition de leur fils. — (J.-B. Delon, Histoire de Gévaudan-Lozère, Mende : Imprimerie Saint-Privat, 1941, page 121)

Apparentés étymologiques[modifier le wikicode]

Traductions[modifier le wikicode]

Prononciation[modifier le wikicode]

Références[modifier le wikicode]