déversoir

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

Du radical de déverser avec le suffixe -oir.

Nom commun [modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
déversoir déversoirs
\de.vɛʁ.swaʁ\
Le déversoir d’un lac artificiel.

déversoir \de.vɛʁ.swaʁ\ masculin

  1. Orifice par où s’écoule le trop-plein d’une conduite ou d’un réservoir d’eau.
    • De longues prairies en pente douce encadrent la rivière, qui semble vouloir se cacher sous des rideaux d’arbres et de buissons, mais qui, par moments, découvre, comme malgré elle, son miroir immobile retenu par une écluse et ses trois ou quatre déversoirs inclinés où l’eau se presse, bouillonne et se donne des airs de torrent. — (George Sand, La Famille de Germandre, Michel-Lévy frères, 1861, p. 204)
    • Le Niagara n’est pas un fleuve, pas même une rivière : c’est un simple déversoir, une saignée naturelle, un canal long de trente-six milles, qui verse les eaux du lac Supérieur, du Michigan, de l’Huron et de l’Érié dans l’Ontario. — (Jules Verne, Une ville flottante, J. Hetzel, 1884, p. 179)
  2. (Par extension) Tout dispositif qui sert à juguler un excédent.
    • Mais une politique, à la fois bourgeoise, mercantile et bigote, va supprimant tous les déversoirs où se répandraient tant d’aptitudes et de talents. — (Honoré de Balzac, Un prince de la bohème dans Œuvres complètes, t. 12, A. Houssiaux, 1855, p. 104)
    • Une population stable et dense, qui n’a pas de déversoir pour son trop-plein, et où tous les capitaux sont appropriés et en mains est naturellement plus sensible à l’intérêt de conserver qu’à celui d’acquérir ; elle estime très haut le prix de l’ordre et les avantages d’une bonne police. — (Émile Boutmy, Éléments d’une psychologie politique du peuple américain, A. Colin, 1902, p. 253)
  3. (Figuré) Exutoire.
    • Vous êtes heureux, vous autres, les poètes, vous avez un déversoir dans vos vers. Quand quelque chose vous gêne, vous crachez un sonnet et cela soulage le cœur. — (Gustave Flaubert, lettre à Louise Colet, 25 octobre 1853, dans Œuvres complètes, t. 13, Correspondance 1850-1859, Club de l’honnête homme, Paris, 1974, p. 474)
    • La prostitution est le déversoir du trop-plein des bourgeois. — (Albert Libertad, « Obsession » dans L’Anarchie, 3 septembre 1898)
    • Et à la fin du compte, fatigué d’avoir marché, il sentait encore les vieux désirs qui le poussaient. Pour avoir la paix il prenait la première venue et, sur un lit d’hôtel meublé, moyennant quarante sous, se déversait dans une fille sale comme un déversoir public. — (Charles-Louis Philippe, Bubu de Montparnasse, 1901, réédition Garnier-Flammarion, page 61)

Synonymes[modifier le wikicode]

Vocabulaire apparenté par le sens[modifier le wikicode]

  • Aide sur le thésaurus déversoir figure dans le recueil de vocabulaire en français ayant pour thème : barrage.

Prononciation[modifier le wikicode]


Traductions[modifier le wikicode]

Références[modifier le wikicode]