dialecte

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher
Voir aussi : dialècte

Français[modifier]

Étymologie[modifier]

(XVIe siècle) Du latin dialectus, issu du grec ancien grec ancien διάλεκτος, diálektos, dérivé de διαλέγομαι, dialégomai (« s’entretenir ») composé de διά, diá (« à travers ») et λέγω, légô (« parler »).

Nom commun[modifier]

Singulier Pluriel
dialecte dialectes
\dja.lɛkt\

dialecte \dja.lɛkt\ masculin

  1. (Linguistique) Proche parent d’une langue dominante ou officielle mais qui s’en distingue et qui, avec cette langue dominante, étaient autrefois variétés régionales l’une de l’autre.
    • La seconde question qui se présente est celle-ci : en quoi le dialecte morvandeau se distingue-t-il des autres dialectes ? A dire vrai, il ne se sépare guère du dialecte bourguignon dont il peut être considéré comme une sous-division. (Société éduenne des lettres, sciences et arts (Autun, France), 1889, p.45)
    • Ce qui fait qu’une langue se dissout en dialectes mutuellement incompréhensibles, ce n’est ni la distance ni le passage du temps, c’est l’absence de communications. Le latin ne s’est transformé en langues-filles que lorsque l’administration romaine s’est effondrée et que les communautés qui parlaient latin se sont retrouvées isolées. (Claude Piron, Linguistes : ignorance ignorée)
    • Le normand, le bourguignon et le picard ont eu chacun leur littérature au Moyen Âge. Ils sont tantôt des dialectes du français, tantôt des langues d’oïl.
  2. (Linguistique) Variété particulière d’une langue.
    • Une étude plus large et plus scientifique des dialectes locaux établira que, par son origine et par ses caractères essentiels, le slovaque appartient au groupe yougoslave. (Ernest Denis, La Question d'Autriche ; Les Slovaques, Paris, Delagrave, 1917, in-6, p.97)
    • Tous les pays faisant partie de l’arabophonie utilisent l’alphabet arabe, mais les habitants de ces pays parlent tous un dialecte différent.
    • « Au lieu de votre joli patois dont on comprend toujours quelque chose, c’est une langue que le diable a inventée que l’on parle là-bas et qui n’a pas moins de quatre dialectes très différents. » (extrait d’une lettre envoyée à Esprit Requien par Prosper Mérimée en 1836)
    • Le québécois, le belge et le romand sont des français régionaux, c’est-à-dire des dialectes du français.

Synonymes[modifier]

  1. patois (péjoratif) : Dénomme un dialecte au premier sens ou bien toute langue d’un pays qui n’est pas officielle
  2. variété, variante, régiolecte

Dérivés[modifier]

Vocabulaire apparenté par le sens[modifier]

Hyponymes[modifier]

→ voir Catégorie:Dialectes en français

Traductions[modifier]

Prononciation[modifier]

Anagrammes[modifier]

Voir aussi[modifier]

Références[modifier]

Catalan[modifier]

Étymologie[modifier]

(1839) Du latin dialectus, issu du grec ancien διάλεκτος, diálektos de διαλέγομαι, dialégomai (« s’entretenir »), composé de διά, diá (→ voir dia-) et λέγω, légô (« parler »).

Nom commun[modifier]

Singulier Pluriel
dialecte
\Prononciation ?\
dialectes
\Prononciation ?\

dialecte

  1. (Linguistique) Dialecte.