dominion

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

(1867) De l’anglais dominion.
À la fondation du Canada (1867), les Canadiens voulaient appeler leur pays Kingdom of Canada, ce qu'ont refusé les Britanniques. On s'est alors rabattu sur le terme Dominion of Canada, expression tirée du Livre des Psaumes : « He shall have dominion also from sea to sea [...][1]. » Le terme dominion, qui connote une forme d'assujettissement, n'avait encore jamais servi à désigner un État, mais il existait déjà pour désigner certains territoires de l'Empire britannique[2]. Dans la version française de L'Acte de l'Amérique du Nord britannique, loi constitutive du Canada, il est traduit par Puissance. Cette traduction, critiquée d'emblée et régulièrement ensuite par les traducteurs et certains lettrés, a été imposée principalement par George-Étienne Cartier, un des Pères de la Confédération :
« Je ne suis pas un traducteur, moi, je suis un homme d'État, et le mot Puissance me paraît meilleur qu'un autre. Il a plus d'ampleur que celui de Dominion, et c'est ce qu'il nous faut. Que les Anglais se contentent du mot Dominion pour désigner la Confédération, c'est leur affaire, nous prenons, nous, le mot de Puissance. La différence est tout à notre avantage. Cela sonne mieux en français qu'en anglais; ce n'est pas à nous de le regretter. »
Le mot dominion a aussi été utilisé en français. Les mots dominion et puissance, en anglais comme en français, sont désuets depuis les années 1950 pour parler du Canada, qui s'est affranchi de la Grande-Bretagne en 1931 (Statut de Westminster)[3].

Nom commun [modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
dominion dominions
\dɔ.mi.njɔn\

dominion \dɔ.mi.njɔn\ ou \dɔ.mi.njɔ̃\ masculin

  1. Nom donné par les Anglais à des pays qui constituent les États indépendants appartenant à l’Empire Britannique mais restent sous domination partielle de la Couronne.
    • À la différence des États qui vont se former en Europe ou en Amérique du Sud à la même époque, le Canada de l'Acte de l'Amérique du Nord britannique n'est pas conçu comme un État-nation. [...] Son statut est celui d'un dominion. Il faut entendre derrière cette expression, sans véritable équivalent en français, Her Majesty's dominions, c'est-à-dire une partie des « domaines » sur lesquels le monarque britannique — à l'époque, la reine Victoria — exerce sa souveraineté. C'est le référent impérial, et non national, qui est au coeur du projet canadien de 1867. — (Danic Parenteau, « “Le Canada est fait, maintenant il faut faire les Canadiens!” Essai sur le processus de construction identitaire national canadien », in Argument, vol. 19, n° 2, printemps-été 2017, p. 81)

Variantes orthographiques[modifier le wikicode]

  • Dominion
    • La population de la confédération canadienne appelée par les natifs du nom de Dominion ou Puissance, s’élève donc à 3 507 475 habitants. — (Journal officiel, 8 septembre 1872, page 5 910, 3e colonne)

Traductions[modifier le wikicode]

Voir aussi[modifier le wikicode]

Références[modifier le wikicode]

Ancien français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

(1338) Du latin dominium.

Nom commun [modifier le wikicode]

dominion \Prononciation ?\ féminin

  1. Domination.
    • L’un sous l’autre dominion — (Guillaume Deguilleville, Fleur de lys, manuscrit 4120 latin de la BnF, transcription d’Arthur Piaget. 1338.)

Synonymes[modifier le wikicode]

Apparentés étymologiques[modifier le wikicode]

Références[modifier le wikicode]

Anglais[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

(Date à préciser) De l’ancien français dominion.

Nom commun [modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
dominion
\də.ˈmɪn.jən\
dominions
\də.ˈmɪn.jənz\

dominion \də.ˈmɪn.jən\

  1. Souveraineté.
  2. Territoire ou pays sous une souveraineté.
    • Members of the Church of England, believed by Puritans to sympathize with the administration of the dominion, were also taken into custody by the rebels.
      Les membres de l’Église d’Angleterre, que les puritains pensaient sympathiser avec le gouvernement du territoire assujetti, furent également placés en détention par les rebelles.

Prononciation[modifier le wikicode]

  • Selon certaines sources, le terme dominion aurait été proposé par Samuel Leonard Tilley, du Nouveau-Brunswick, alors que kingdom était plutôt préconisé par John A. MacDonald, futur premier ministre de l'État naissant. (Herménégilde Chiasson, « Douze dérives à propos de la Confédération », in Argument, vol. 19, n° 2, printemps-été 2017, p. 165.)
  • Il sera utilisé en 1910 pour caractériser l'État d'Afrique du Sud à sa fondation en 1910.
  • Alain Otis et Jean Delisle, Les douaniers des langues — Grandeur et misère de la traduction à Ottawa, 1867-1967, Presses de l'Université Laval, 2016, p. 9-17