douve

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier]

Étymologie[modifier]

(Nom 1) Du latin doga (« vase »).
(Nom 2) Faisait dolve en ancien français, du gaulois *dolba (« ver, chenille »), déverbal de *dolbô (« façonner, tailler » (→ voir dolo en latin, dolabre, ancien irlandais dolbaid « il forme, façonne », irlandais dealbh « statue », breton delv « id. »).

Nom commun 1[modifier]

Singulier Pluriel
douve douves
\duv\
Bodiam Castle jaillissant de ses douves.

douve \duv\ féminin

  1. Nom de planches disposées en rond qui forment le corps du tonneau et qu'on fait tenir ensemble avec des cercles.
    • La tonnellerie est l'industrie qui emploie la plus grande quantité de bois de fente, et l'on appelle merrain le bois plus particulièrement destiné à la fabrication des douves de tonneaux. (Edmond Nivoit, Notions élémentaires sur l'industrie dans le département des Ardennes, Charleville : E. Jolly, 1869, p.168)
    • En termes de tonnellerie, on appelle […] jable, la rainure pratiquée vers les extrémités des douves pour arrêter les fonds. (Antoine Dominique Eysséric et Joseph Casimir Pascal, Géométrie, Delagrave, 1880, p. 257)
    • Six douves de poinçon servaient d'ais et de barre. (Abbé Mathurin Régnier, Sat. XI. — cité par Littré)
    • Petar fut le premier sur ses jambes dans le coin en dessous de la lampe où, au milieu d’un tas de copeaux, il maniait la plane, polissant des douves de sapin. (Mario Rigoni Stern, Histoire de Tönle, 1978 ; traduit de l’italien par Claude Ambroise et Sabina Zanon Dal Bo, 1988, p. 27)
  2. Fossé servant de limite aux champs et d'écoulement aux eaux.
  3. (Architecture) Paroi des fossés de la fortification ancienne ou, par extension, le fossé lui-même.
    • Dans la cour, le terrain inégal est couvert de bruyères, de violettes et de cailloux. On distingue vaguement des anciens restes de douves ; on entre quelques pas dans un souterrain comblé. (Gustave Flaubert et Maxime Du Camp, Par les champs et les grèves (Voyage en Bretagne), 1886, Le Livre de poche, page 117, 2012)
  1. (Architecture) Mur d'un bassin quand il n'est que d'une assise ou deux.
  2. (Régionalisme) Caverne que les habitants des bords de la Loire creusent dans le roc pour s'y loger.
  3. (Vieilli) Planche sur laquelle on met les peaux de veaux pour les ratisser et en enlever les parcelles de tan.

Variantes[modifier]

Traductions[modifier]

Nom commun 2[modifier]

Singulier Pluriel
douve douves
\duv\

douve \duv\ féminin

  1. Ver de la classe des trématodes, ressemblant à une feuille, parasite à l'état adulte surtout des canaux biliaires dans le foie de certains ruminants, de carnivores et occasionnellement de l'homme.
    • Ce troupeau appartenait au juge de Werst, le biró Koltz, lequel payait à la commune un gros droit de brébiage, et qui appréciait fort son pâtour Frik, le sachant très habile à la tonte, et très entendu au traitement des maladies, muguet, affilée, avertin, douve, encaussement, falère, clavelée, piétin, rabuze et autres affections d’origine pécuaire. (Jules Verne, Le Château des Carpathes, J. Hetzel et Compagnie, 1892, p. 1-16)
    • Les douves ont une forme aplatie dorso-ventralement. Les espèces intéressant la médecine vétérinaire sont des parasites des canaux biliaires, du système digestif et des vaisseaux sanguins. Tout comme les vers de type ténias, beaucoup sont hermaphrodites,… — (Hunter Archie, Uilenberg Gerrit, Meyer Christian, et al. , Santé animale, vol 1. Généralités, 224 p., page 36, 2006, Cirad/CTA/Karthala /MacMillan, Coll. Agricultures tropicales en poche ; extraits : http://www.quae.com/fr/livre/?GCOI=27380100078430)

Dérivés[modifier]

Traductions[modifier]

Voir aussi[modifier]

Références[modifier]