eh bien

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

(Siècle à préciser) Composé de eh et bien.

Locution interjective [modifier le wikicode]

eh bien \e.bjɛ̃\

  1. Renforcement expressif du ressenti, du sentiment de celui qui parle. (Liste non exhaustive.)
    1. Surprise.
      • « Eh bien, dis donc, tu ne te refuses rien ! » — (Marie Cardinal, La souricière, Julliard, p. 178)
    2. Admiration.
      • Eh bien ! Ça en jette dis donc ! C’est toi qui l’as sculpté ?
      • Eh bien, c’est un beau bébé que vous avez là !
    3. Interrogation.
      • Eh bien ? Qu’en avez fait ?
      • Eh bien ? Ensuite ?
    4. Irritation.
      • Eh bien, c’est du propre tout ça, un vrai chantier. Dis-moi, tu comptes t’y mettre un de ces jours ou tu attends la Saint-Glinglin ?
      • Eh bien, que veux-tu que j’y fasse ? Tu as une meilleure idée ? Non ? Bon. Bah boucle-la alors !
    5. Ironie, en feignant un ressenti, un sentiment.
      • Eh bien, regardez qui voilà ; ne serait-ce pas notre intrus ?
      • Eh bien, ça ne m’a pas l’air de respirer la légalité tout ça, j’espère quand même que tu fais preuve de prudence dans tes affaires.
  2. Explétif.
    1. Avant des mots courts mais importants.
      • Eh bien, soit !
      • Eh bien, va ! Si telle est ta destinée.
    2. Pour gagner du temps lorsque l’on ne sait pas ce que l’on va dire.
      • Eh bien… je n’en ai pas la moindre idée en fait.

Variantes[modifier le wikicode]

Quasi-synonymes[modifier le wikicode]

Traductions[modifier le wikicode]

Locution conjonctive [modifier le wikicode]

eh bien \e.bjɛ̃\

  1. En tant que connecteur logique, sert à introduire une information, une opposition, une conclusion, en appuyant sur le fait que cette conclusion est inattendue.
    • - Vous chantiez, j’en suis fort aise.
      Eh bien, dansez maintenant.

      — (Jean de La Fontaine, Fables, La Cigale et la Fourmi)
    • « En disant « S eh bien Q » Silvia montre à elle-même et à Dorante que le fait qu’elle dise « soit ! » constitue une suite « anormale » de S, que « normalement » on devrait avoir Q, c’est-à-dire le refus de la parole. » — (Dominique Maingueneau, Pragmatique pour le discours littéraire, Bordas, 1990, p. 70)
    • Eh bien… ça m’a plutôt l’air d’être une bonne idée tout compte fait.
    • Après que vous avez aidé le kebabier à tout laver, il vous remercie.
      Eh bien, merci du coup de main.
      — (Kemar, Le livre dont vous êtes le zéro, éd. Michel Lafon, 2016)
  2. S’emploie aussi pour marquer le dépit ou la résignation, dans une décision appuyée mais prise à contre-cœur.
    • Puisque personne n’en veut, eh bien, soit, je ne le reproposerai plus.

Synonymes[modifier le wikicode]

Références[modifier le wikicode]