embâcle

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

Formé sur le modèle de débâcle avec le préfixe en-.

Nom commun [modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
embâcle embâcles
\ɑ̃.bɑkl\
Photo en noir et blanc de blocs de glace bloqués le long de la berge de la Garonne.
Embâcle de la Garonne à Toulouse.

embâcle \ɑ̃.bɑkl\ masculin

  1. (Transport) (Foresterie) Masse d'objets solides (bois, glaces) emportés par les eaux lors d’une crue puis bloqué dans le lit de la rivière, par exemple par un étranglement du lit (notamment au niveau d’un pont), et qui gêne le passage de l’eau.
    • Et la rivière prise d’un bord à l’autre, avec des glaçons qui s’amassaient pour former une énorme embâcle ! — (Jules Verne, P’tit Bonhomme, ch. 9, J. Hetzel et Cie, Paris, Illustrations par Léon Benett, 1891)
    • Parmi ces observations il en est que nous ne pourrons publier que lorsque les événements en cours, sans lesquels, d'ailleurs, nous n'eussions certainement pas vu l’embâcle de la Meuse, seront terminés. L'intérêt des phénomènes d’embâcle qui peuvent être divulgués sans inconvénient, nous incite à les communiquer sans tarder. — (M. F. Kaisin jr, « Réflexions sur les phénomènes de chevauchement, à propos de l'embâcle de la Meuse en 1940 », dans les Annales de la Société scientifique de Bruxelles, vol. 60, 1940, p. 8)
    • Si les inondations ont pour cause un excès de pluie, les embâcles sont la conséquence d'un froid intense et prolongé. Après quelques jours de froid à -10°, -12° ou à la suite d'une vague de très basse température, il y a d'abord sur les cours d'eau des glaçons qui vont au fil de l'eau : on dit que le fleuve « charrie ». — (E. H. Geneslay, La Loire : Crues et embâcles, Nouvelles Éditions Latines, 1972, p. 89)
    • Lors du dégel printanier, cette situation, qui est d'ailleurs commune au Québec (…), favorise la création d’embâcles surtout le long de son cours inférieur. Les embâcles se forment lorsqu'il y a empilement de glaçons ou accumulation sous le couvert de glace d'une rivière ou d'un fleuve d'énormes quantités de frasil (cristaux de glace aux propriétés adhérentes). — (Rapport-synthèse sur l'état du Saint-Laurent, Centre Saint-Laurent, Éditions MultiMondes, 1996, p. 26)
    • Le 20 février 1895 à Sully-sur-Loire, l’embâcle recouvrit soixante-dix kilomètres. Des trains spéciaux furent affrétés, on vint en foule pour se promener sur la banquise ainsi formée, une buvette fut même installée malgré le danger au milieu du fleuve. Le dernier embâcle date de janvier 1985. — (Danièle Sallenave, Dictionnaire amoureux de la Loire, éd. Plon, 2014)
    • On importa aussi de l'expertise technique : Matt Hemmingsen, bûcheron du Wisconsin, fut appelé sur l'île de Vancouver pour démanteler l'un des plus gros embâcles de billes de bois de toute l'histoire de la côte Ouest. — (John Vaillant, L'Arbre d'or: Vie et mort d'un géant canadien, Les Éditions Noir sur Blanc, 2014)

Antonymes[modifier le wikicode]

Traductions[modifier le wikicode]

Voir aussi[modifier le wikicode]

  • embâcle sur l’encyclopédie Wikipédia Wikipedia-logo-v2.svg