embarquer

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

De barque, par dérivation parasynthétique, avec le préfixe en- et la terminaison en -er des verbes du premier groupe.

Verbe [modifier le wikicode]

embarquer transitif 1er groupe (voir la conjugaison) (pronominal : s’embarquer)

  1. Mettre dans une barque, dans un navire, dans un vaisseau, en parlant des hommes, des armes, des vivres, des marchandises, etc.
    • Jean Donnard et Pierre Kerhuon embarquaient les filets dans la chaloupe, amarrée au quai, près de la cale qu’ensanglantaient des débris de poissons fraîchement éventrés. — (Octave Mirbeau, Les eaux muettes)
    • […], nous embarquâmes des explosifs, des munitions, des vêtements chauds et une année de vivres. — (Jean-Baptiste Charcot, Dans la mer du Groenland, 1928)
    • Les momai fournissent un effort énorme pour charrier ces lourdes charges jusqu’au dégrad du village, où on les embarque sur des canots. — (Jean Hurault, Les Indiens Wayana de la Guyane française : structure sociale et coutume familiale, p.97, ORSTOM, 1985)
  2. (Canada) (Québec) Faire monter dans un véhicule ou sur quelque chose.
    • Il avait enfin trouvé un semblant de sommeil lorsqu'il fut réveillé et embarqué de force par un groupe d'hommes qui le cagoulèrent et lui lièrent les mains. Lorsqu'il lui retirèrent sa cagoule, après un voyage dans un véhicule, il reconnut le conseiller, […]. — (Christophe Tabard, La Polka des mandibules: Recueil de nouvelles, Iggybook, 2015, chap. 5)
    • Les enfants embarquent encore sur la table.
  3. (Intransitif) Laisser entrer de l’eau, en parlant d’un bateau, ou de l’eau qui entre dans le bateau.
    • La mer est forte, nous embarquons. – L’eau embarque.
  4. (Pronominal) Entrer dans un vaisseau ou dans quelque autre bâtiment pour faire route.
    • C’était lui, c’était Kernok qui frappait à la porte. Voilà un digne et brave compagnon, jugez-en. Il naquit à Plougasnou ; à quinze ans il se sauva de chez son père, s’embarqua sur un négrier, et là commença son éducation maritime. — (Eugène Sue, Plik et Plok, chap. 2 : Kernok le pirate, 1831, Paris : chez Paulin, 1845, p. 175)
    • C’était un tohu-bohu ethnique. Dans le port flottaient les pavillons de toutes les nations, et plus de deux millions d’êtres humains s’y embarquaient annuellement. — (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, p. 210 de l’éd. de 1921)
  5. (Pronominal) (Figuré) S’engager à quelque chose, ou dans une affaire.
    • Je ne le puis, […]; et, pour être franc avec vous, mon frère, je ne m’embarquerais pas volontiers dans cette affaire, alors même que j’aurais l’espoir de réussir. — (Walter Scott, Ivanhoé, traduit de l’anglais par Alexandre Dumas, 1820)
    • En fait, dès 1865, il est évident que le penseur en chef du futur mouvement communiste international est embarqué dans une psychose économétrique de type thorézien. — (Emmanuel Todd, Le Fou et le Prolétaire, 1979, réédition revue et augmentée, Paris : Le Livre de Poche, 1980, page 205)
    • Cependant, après les dévastations mongoles, l’islam s’embarqua dans une nouvelle phase d’expansion qui dura quatre cents ans (1300 – 1700), ère de conquête et d’empire, de la Hongrie à l’Indonésie. — (Panayiotis Jerasimof Vatikiotis, L’Islam et l’État, 1987, traduction d’Odette Guitard, 1992)

Antonymes[modifier le wikicode]

Antonymes[modifier le wikicode]

Vocabulaire apparenté par le sens[modifier le wikicode]

  • Aide sur le thésaurus embarquer figure dans le recueil de vocabulaire en français ayant pour thème : bateau.

Traductions[modifier le wikicode]

Prononciation[modifier le wikicode]

Références[modifier le wikicode]