en rupture de ban

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

Composé de en, rupture, de et ban.
Par spécialisation, l'idée dominante étant celle d'une exclusion par décision d'une autorité, ban a pris après le moyen âge le sens d'exil (1547). Cette acception s'applique à l'ancienne juridiction féodale mais se perpétue jusqu'au XIXe siècle en droit pénal pour "interdiction de séjour". Cette longévité explique probablement la vitalité de l'expression mettre au ban (1694), au figuré « déclarer indigne » (1932) et celle de « rupture de ban » (1780, rupture de mon ban), « crime commis par celui qui rentre dans le territoire interdit avant expiration de sa peine ».

Locution adjectivale [modifier le wikicode]

en rupture de ban masculin et féminin identiques invariable

  1. (Justice) Qualifie un individu placé sous la surveillance de la haute police et qui, étant dans l’obligation de rester dans la circonscription territoriale qui lui a été assignée comme résidence, revient dans les lieux où tout séjour lui a été interdit.
    • Nous tenons là, dans notre main, un bandit, un relaps en rupture de ban, un ancien forçat, un scélérat des plus dangereux […] — (Les Misérables, Victor Hugo)
  2. (Figuré) Qui vit hors des lieux, des habitudes ou des croyances de son milieu d'origine.
    • Comme Pennequin en rupture de ban avec son milieu, Pouvourville, annamitophile convaincu, qui fut plus tard le conseiller discret mais influent d'Albert Sarraut, brosse ici un tableau plein d'admiration pour la personnalité de son chef. — (Samia El Mechat, Coloniser, pacifier, administrer : XIXe-XXIe siècles, CNRS, 2014)

Prononciation[modifier le wikicode]

Références[modifier le wikicode]