enlaidir

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

Verbe composé de en- et laidir.

Verbe [modifier le wikicode]

enlaidir \ɑ̃.le.diʁ\ transitif 2e groupe (conjugaison)

  1. Rendre laid.
    • […]; c'est sur cette même place où son union avec Marie-Antoinette d'Autriche fut célébrée par une fête qu’enlaidirent des présages sinistres. — (Christophe Félix L. Ventre de la Touloubre, Éloge historique et funèbre de Louis XVI, roi de France et de Navarre, à Paris, chez Lebègue, chez Crapart, chez Petit & chez Plancher, avril 1814, page 293)
    • Alors que Denny se demandait comment Mitch avait pu lui mettre le grappin dessus, elle découvrit qui se tenait sur son perron et ses traits s’enlaidirent aussitôt d'une expression mauvaise. — (James Patterson, Tirs croisés, J.-C. Lattès, 2014, § 60)
    • Le soudain tutoiement, la violence des mots, enlaidissent Hugues aussitôt. Ce n'est plus qu'un petit voyou, plein de haine. — (Laure Angélis, Le lys écarlate, Editions Pierre Téqui, 1998, page 130)
    • Telle fut la légende de sainte Énimie, fille de Clotaire II et sœur de Dagobert : Sollicitée au mariage, bien qu'ayant fait vœu de chasteté, cette fervente Mérovingienne avait prié Dieu de l’enlaidir pour écarter les prétendants. Dieu l'exauça : une lèpre horrible dévora son corps, rongea son visage. — (Louis Barron, Le Nouveau Voyage de France, Tours : chez Alfred Mame & fils, 1899, p. 164)


enlaidir intransitif

  1. Devenir laid.
    • Choisir un roi jeune, beau et bien portant n'empêchait pas qu'il vieillît, enlaidît, tombât malade, ni qu'il perdît ses vertus, ses qualités morales – bref, qu'il changeât et cessât d'être adéquat. — (Jean-Paul Roux, Le Roi: Mythes et symboles, Fayard, 1995)
    • Parfois, on rencontre une fille dont le teint noisette et les yeux de baies sauvages sont séduisants, mais leurs traits sont rarement beaux, et elles enlaidissent vite, dès que la première fraîcheur de la jeunesse est passée... — (Henri Kerst, La Femme dans la société anglaise: étude et témoignages littéraires, Masson et Cie, 1971, page 128)

Synonymes[modifier le wikicode]

Dérivés[modifier le wikicode]

Antonymes[modifier le wikicode]

Traductions[modifier le wikicode]

Références[modifier le wikicode]