esbigner

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

De l’argot italien svignare (« décamper, sortir de la vigne »)[1] de vigna mais « le passage de v à b fait cependant difficulté[1]. »
Ou de l’occitan esbigna (« fuir, se dérober, se soustraire aux regards ») dérivé de bigna avec le préfixe es- → voir ex- et bigner (« regarder »).

Verbe [modifier le wikicode]

esbigner \ɛs.bi.ɲe\ transitif ou pronominal 1er groupe (conjugaison) (pronominal : s’esbigner)

  1. (Argot) Voler, dérober.
    • Philippine m’a déjà esbigné ma pièce ; et combien donc que vous m’en avez effarouché ed’mes pièces, sous couleur de me vêtir, de me nourrir ?… — (Balzac, Paysans, 1844, p. 63)
  2. (Pronominal) Partir rapidement en évitant de se faire remarquer.
    • Chez ma grand-mère, "bigner" ça voulait dire "voir", "regarder" ; "rebigner" pour "surveiller" ou "regarder attentivement" et nous, on était bien content de s’esbigner de la férule intraitable de notre grand-mère.
    • Il s’était à peine esbigné que l’ordre était venu de le prendre vivant, et vite — (JRR Tolkien, Le Retour du Roi, 1955)
    • […] y compris Renly, le propre sang du roi, pour s’être esbigné à l’heure où l’on avait le plus besoin de lui ! — (George R. R. Martin Le Trône de Fer, 1996)
    • Au moment de gagner le sommet avec lord Mormont et ses officiers, il prétendit laisser Fantôme en bas, sous les arbres, mais le loup ne l’entendait pas de cette oreille, qui, par trois fois, tenta de s’esbigner […] — (George R. R. Martin, Le Trône de Fer, l’intégrale 2 (A Clash of Kings, 1998), 2000)
    • Le fuyard avait dû attendre des heures avant de saisir l’occasion de s’esbigner. — (Glen Cook, Le Château noir, 1984)

Variantes orthographiques[modifier le wikicode]

Références[modifier le wikicode]