estoc

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier]

Étymologie[modifier]

De l’ancien français estoc, dérivé du proto-germanique *stukōną (moyen haut-allemand : stoken (« poignardé, transpercé »)).

Nom commun 1 [modifier]

Singulier Pluriel
estoc estocs
\ɛs.tɔk\

estoc \ɛs.tɔk\ masculin

  1. (Armement) Épée d’armes frappant de pointe (XVe-XVIe siècle).
  2. (Littéraire) L’héritage paternel.
    • La décomposition du chétif estoc de ceux-ci s’opérait avec d’autant plus de rapidité, qu’ils se mariaient — (François-René de Chateaubriand, Mémoires d’outre-tombe, 1841, Première partie/Livre premier)
  3. Épée longue et étroite qui ne servait qu’à percer.
  4. Pointe d’une épée, d’un sabre.
  5. (Foresterie) Tronc d’arbre.
  6. (Moyen Âge) Sexe masculin en érection.
    • Le pauvre Florent n’était pas sans savoir que la raideur de son estoc tirait à sa fin et que je risquais fort d’être sa dernière chance de postérité. — (Hervé Gagnon, L’Héritage des cathares, Damné, Hurtebise, p. 18)

Dérivés[modifier]

Traductions[modifier]

Nom commun 2[modifier]

Singulier Pluriel
estoc estocs
\ɛs.tɔk\

estoc \ɛs.tɔk\ masculin

  1. (Lorraine) (Vieilli) Adresse d'esprit.

Anagrammes[modifier]

Références[modifier]

Ancien français[modifier]

Étymologie[modifier]

Déverbal de estoquier (« frapper ») dérivé de toquer avec le préfixe es-.

Nom commun [modifier]

estoc \Prononciation ?\ masculin

  1. Souche, tronc, pieu, poutre.
  2. Souche, racine, extraction.
  3. Chef-lieu.
  4. Estoc, pointe.
    • ferir d'estoc.
      (frapper) avec la pointe de l'épée.

Apparentés étymologiques[modifier]

Dérivés dans d’autres langues[modifier]

Anagrammes[modifier]

Références[modifier]

Ancien occitan[modifier]

Wiki letter w.svg

Étymologie[modifier]

Étymologie manquante ou incomplète. Si vous la connaissez, vous pouvez l’ajouter en cliquant ici.

Nom commun [modifier]

estoc masculin

  1. Estoc, épée.

Références[modifier]

  • François RaynouardLexique roman ou Dictionnaire de la langue des troubadours, comparée avec les autres langues de l’Europe latine, 1838–1844