et patin-couffin

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

(Date à préciser) De l’occitan patin-cofin.

Locution adverbiale [modifier le wikicode]

Invariable
et patin-couffin
\e pa.tɛ̃.ku.fɛ̃\

et patin-couffin \e pa.tɛ̃.ku.fɛ̃\

  1. (Populaire) etc.
    • Alors M. le curé s’est mis à parler de l’oubli des injures, et il a dit que ce mariage, c’était le Bon Dieu qui l’avait voulu, pour nous donner l’occasion de faire la paix — que déjà M. le curé de Crespin avait promis de faire tirer le canon de la grêle tout à fait de l’autre côté, et que comme ça la grêle irait tomber sur Roquevaire — et puis, il a dit que ceux de Crespin, c’étaient nos frères, aimez-vous les uns les autres, et patin-couffin. — (Marcel Pagnol, L’Eau des collines : 1. Jean de Florette. Paris : Éditions de Provence, 1963. Cette phrase est prononcée par le personnage d’Anglade, racontant l’événement qu’avait constitué l’annonce du mariage de Florette Camoins, native des Bastides Blanches, avec Lionel Cadoret, vivant à Crespin, dont les habitants étaient des rivaux séculaires de ceux des Bastides Blanches.)

Traductions[modifier le wikicode]