fédéralisme asymétrique

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

→ voir fédéralisme
→ voir asymétrique

Locution nominale [modifier le wikicode]

fédéralisme asymétrique \fe.de.ʁa.lism a.si.me.tʁik\ masculin (pluriel à préciser)

  1. (Politique) (Canada) Forme de fédéralisme dans laquelle les règles ne sont pas exactement les mêmes ou ne s'appliquent pas exactement de la même façon pour toutes les provinces. Note : En pratique, il s'agit généralement d'appliquer des règles particulières au Québec par rapport aux neuf autres provinces.
    • Selon Gordon Craig, président du NPD-Sherbrooke, un des points forts du congrès a été l’adoption de la « Déclaration de Sherbrooke », qui reconnaît le caractère national du Québec, son droit à l’autodétermination, et le besoin d’un fédéralisme asymétrique et coopératif pour accommoder le Québec. — (Cyberpresse, 11 septembre 2006)
    • Mme Robillard soutient que le geste s'inscrit dans l'évolution des relations entre Ottawa et Québec telle qu'illustrée par les ententes sur les congés parentaux, les garderies ou le concept de fédéralisme asymétrique, par exemple, qui reconnaissent la différence du Québec. — (Cyberpresse, 28 novembre 2006)
    • À moins qu’il veuille que le Québec soit une province comme les autres, Philippe Couillard fera sans doute comme tous ses prédécesseurs. Il défendra les compétences et pouvoirs du Québec [...]. C’est ce qu’a fait [...] le gouvernement libéral de Jean Charest en septembre 2004 en obtenant du gouvernement fédéral une entente particulière sur la santé laissant le Québec définir ses propres priorités et objectifs. Le communiqué officiel faisait état d’un fédéralisme asymétrique permettant l’existence d’ententes et d’arrangements adaptés à la spécificité du Québec. Ce n’était pas la première entente asymétrique à être signée, mais c’était la première fois que l’on consacrait l’expression fédéralisme asymétrique dans un texte officiel, ce que Jean Charest avait présenté comme une percée. — (Le Devoir, 19 avril 2014)

Traductions[modifier le wikicode]

Voir aussi[modifier le wikicode]

Prononciation[modifier le wikicode]