félonie

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Voir aussi : felonie

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

De félon ; provençal fellonia, felnia, feunia ; espagnol felonia ; italien fellonia.

Nom commun [modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
félonie félonies
\fe.lɔ.ni\

félonie \fe.lɔ.ni\ féminin

  1. (Désuet) Sentiments ou manière d’agir d’un vassal félon vis-à-vis de son seigneur.
    • La félonie de Ganelon.
    • Être coupable, convaincu de félonie.
  2. (Par extension) Déloyauté.
    • Angèle. — Vous ne vous êtes donc pas dit que vous commettiez là une horrible félonie !
      Thommereux. — Oh ! Si, je me le suis dit… Je me le suis dit… dix fois.. vingt fois…
      Angèle. — Eh ! bien ?
      Thommereux. — Eh ! bien ! à la vingtième… J’y étais habitué !
      — (Georges Feydeau, Le Système Ribadier, 1892, acte II, scène 2)
    • Il est là. Il fume paisiblement une cigarette, une cigarette du paquet que je lui ai donné… Mon Dieu ! pardonnez-moi cette félonie. — (Pierre Benoit, L’Atlantide, Albin Michel, 1920, pages 9-14)
    • Pour accuser avec une telle assurance, il fallait qu'existât la preuve indéniable de la félonie de François. — (Jean Rogissart, Hurtebise aux griottes, L’Amitié par le livre, Blainville-sur-Mer, 1954)
    • [Cela se passait à] l'âge chevaleresque où, pour croire à la parole de l'homme, il n'était pas besoin de l'inscrire dans un contrat ; où l'on ne connaissait pas un plus grand bien en ce monde que l'honneur intact, pas une plus grande honte que la félonie. — (Xavier Marmier (1808-1892), Histoire d'un pauvre musicien (1770-1793), 1866)

Traductions[modifier le wikicode]

Prononciation[modifier le wikicode]

Anagrammes[modifier le wikicode]

Références[modifier le wikicode]