faire grâce

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

Étymologie manquante ou incomplète. Si vous la connaissez, vous pouvez l’ajouter en cliquant ici.

Locution verbale [modifier le wikicode]

faire grâce \Prononciation ?\ transitif indirect (se conjugue, voir la conjugaison de faire)

  1. (Désuet) Faire une grâce ; Accorder à quelqu’un ce qu’il ne pourrait justement exiger.
    • En ce mauvais monde où nous vivons, quand on nous fait justice, imaginons-nous qu’on nous fait grâce. — (Jean-Louis Guez de Balzac, De la cour, 6e discours)
  2. Ne pas exiger.
    • On fait grâce d’une chose en s’emparant du reste ; les commis lui prirent tous ses effets, et lui firent grâce de son argent. — (Voltaire, Dict. phil. Grâce.)
    • Leur comptabilité impitoyable ne fait pas grâce d'un centime, et les mystères de l’anatocisme ont bien vite fait doubler la dette du nhaqué, sans qu'il puisse en soupçonner le mécanisme. — (L'Asie française, Comité de l'Asie française, 1913, vol.13-14, page 113)
  3. (Figuré) Épargner quelque chose à quelqu’un.
    • Il m’a lu tout son poëme, sans me faire grâce d’un hémistiche.
    • Le reste des idées de cet auteur [Bohemius] sont de la même force, et nous en ferons grâce au lecteur. — (Denis Diderot, Opin. des ancien philos. (Théosophes).)
    • (Ironique)Faites-moi grâce de vos observations, épargnez-les-moi.
  4. Être une grâce, une faveur. — Note : Avec un nom de chose pour sujet
    • Mon refus lui fait grâce, et, malgré ses désirs, J'épargne à sa vertu d’éternels déplaisirs. — (Pierre Corneille, Nicom. III, 2.)
  5. (Figuré) Accepter, en parlant de quelque chose.
    • Je suis comme vous, je fais grâce à l’esprit en faveur des sentiments. — (Marquise de Sévigné, Lett. 5 août 1675.)

Traductions[modifier le wikicode]

Références[modifier le wikicode]