fief

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier]

Étymologie[modifier]

(XIe siècle) En ancien français fieu ; (XIIIe siècle) fief, du vieux-francique *fehu (« richesse, bien, possession, propriété ») → voir pecus en latin, fee (« honoraire ») en anglais, Vieh (« bétail ») en allemand, qui lui sont apparentés. Le francique a été latinisé en feudum, feodum qui donne feudo en espagnol, italien et portugais. Le sens primitif de « richesse, propriété » a été déterminé ensuite par l'usage pour signifier une espèce particulière de possession avec cession au vassal moyennant redevance perpétuelle au possesseur initial.
Feudum est formé du francique avec l'épenthèse d'un \d\ servant à la prononciation, et venant probablement de la transformation du \h\[1] ; ce \d\ est passé dans les dérivés du mots (voir ci-dessous).

Nom commun[modifier]

Singulier Pluriel
fief fiefs
\fjɛf\

fief \fjɛf\ masculin

  1. (Histoire) (Droit) Domaine noble dont le détenteur, le vassal, devait l’hommage et ordinairement aussi quelque redevance, quelque service, etc., au seigneur, possesseur du domaine.
    • Le système d’hérédité des fiefs était plus favorable au vassal qui consolidait son droit patrimonial, mais le seigneur concédant pouvait en souffrir dans le cas où le fief tombait aux mains d'un héritier mineur. (Gabriel Lepointe, La Famille dans l'Ancien droit, Montchrestien, 1947 ; 5e éd., 1956, p.224)
    • Pierre Savary avait au surplus l'administration des fiefs de Boutervilliers et de la Grimbardière, dévolus à ses enfants sur la succession de sa femme. (Jean-Claude Waquet, Les Grands maîtres des eaux et forêts de France de 1689 à la Révolution, Genève & Paris : Droz, 1978, p.128)
  2. (Par extension) Domaine où quelqu’un est maître, s’est érigé en maître.
    • Ce département est le fief de tel député.
    • Un fief électoral.
    • L’égyptologie est le fief de ce savant.

Composés[modifier]

Dérivés[modifier]

Apparentés étymologiques[modifier]

Traductions[modifier]

Homophones[modifier]

Voir aussi[modifier]

  • fief sur Wikipédia Wikipedia-logo-v2.svg

Références[modifier]

Ancien français[modifier]

Étymologie[modifier]

De l’ancien bas vieux-francique *fehu (« richesse ») ; voir ci-dessus.

Nom commun[modifier]

fief \Prononciation ?\ masculin

  1. (Droit) Bail féodal avec usufruit moyennant une redevance perpétuelle.
    • Qui fief nie ou fief rogne, fief perd.
  2. Fief, seigneurie vassale.
    • Le seignur en ki fiu [dans le fief duquel] il maindra. (Lois de Guillaume (XIe siècle))
    • Teres et fiez, tant com vos en vuldrez. (Chanson de Roland (XIe siècle))
    • À lui lais-je mes honors et mes fieus. (Chanson de Roland (XIe siècle))
    • Et à mei [qu'il] vienne reconoistre son feu. (Chanson de Roland, (XIe siècle))
    • Li per furent sage et jugerent par droit que li rois Phelippes pooit et devoit le fief saisir, que li rois Jehans devoit tenir de lui. (Chr. de Rains, p. 133 (XIIIe siècle))

Dérivés[modifier]

Dérivés dans d’autres langues[modifier]

Références[modifier]

Anglais[modifier]

Étymologie[modifier]

De l’ancien français fief.

Nom commun[modifier]

Singulier Pluriel
fief
\fiːf\
fiefs
\fiːfs\

fief \fiːf\

  1. Fief, seigneurie.

Synonymes[modifier]

Apparentés étymologiques[modifier]

Paronymes[modifier]

Voir aussi[modifier]

  • fief sur Wikipédia (en anglais) Wikipedia-logo-v2.svg