five o’clock bridge

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

(1904) De l’anglais five o’clock bridge (« bridge de cinq heures »), composé de five o’clock (« cinq heures ») et bridge, par imitation de five o’clock tea.

Locution nominale [modifier le wikicode]

Invariable
five o’clock bridge
\fajv o.klɔk bʁidʒ\

five o’clock bridge \fajv o.klɔk bʁidʒ\ masculin

  1. (Anglicisme) (Désuet) (Extrêmement rare) Réunion mondaine dédiée au bridge et qui se tient en principe à cinq heures de l’après-midi.
    • Les five o’clock bridge sont plus à la mode que jamais cet hiver. Parmi les plus suivis, il convient de citer ceux de la comtesse de Montreuil, de Mme de Yturbe, de Mme Cavendish-Bentinek, de la comtesse de Lambertye, du vicomte de Nantais, etc. — (Nos échos, La Presse, 29/12/1904, page 3)
    • De même aussi que l’on disait couramment : « Tel jour à cinq heures (ou à dix heures), tasse de thé chez la baronne de Z... », on lit maintenant dans les Mondanités des grands journaux : « Tel jour à dix heures (ou à cinq heures), bridge chez la comtesse de X... ». Et de même que nous avions le « five o’clock tea », nous possédons maintenant le « bridge tea » et le « five o’clock bridge ». — (C. de S., Chronique pour Monsieur, Madame et Bébé : De l’influence du « Bridge » sur la beauté des mains, Gil Blas, 15/04/1906, page 3)
    • Mme B. des Crances a donné un five o’clock bridge très élégant.
      Reconnu :
      Marquis et marquise de Maillart-Lafaye, princesse Zurlo, prince Jean Zurlo, prince et princesse de Scey-MontbéIiard, vicomte et vicomtesse de France, comtesse de Raimbouville, Mme Henry Say, Mme Dortil, Mme Payson, comtesse Stockau, comte et comtesse de Rostang, Mme Ford, baron et baronne Merlin, Mme Baignères, comtesse de Solages, duchesse de La Mothe-Houdancourt, baronne de Kainlis, comtesse de Riancey, marquise de Vaucouleurs de Lanjamet, comte et comtesse de Bérulle, M. et Mme Busson-BillauIt, M et Mme Bonnardel, marquise de Courcy, comte de Courcy, M. et Mme Villard, vicomte de Jessaint, baron de Foucaucourt, M. Trouard-Riolle, le général et Mme Zurlinden, marquis et marquise de Jarente, capitaine Bérille, capitaine Cadiste, marquis et marquise de Montferrier, baronne du Teil, comte et comtesse de Chérisey, comte et comtesse de Limbourg-Stirum, comte et comtesse Tresson, général et comtesse de Sesmaisons, baronne de Lasseur, comtesse Pastré, baron de La Pleignière, MM. Voje, de Bienville, Saint-Hilaire, Edmond Hesse, comte Fleury, comte de Bussy, comte de Lastours, M. de SandoI-Boy, comte Espierre, comte de Bourboulon, MM. de Farcins, Sandford, comte de Vergennes, M. Darlu, etc.
      — (Le Monde & la Ville, Le Figaro, 18/03/1911, page 3)

Apparentés étymologiques[modifier le wikicode]