flécher

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

De flèche.

Verbe [modifier le wikicode]

flécher transitif \fle.ʃe\ 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Jalonner de flèches indiquant la route ou la direction à suivre.
    • D’enfourchure en enfourchure, les signalisations et les panneaux s'étaient faits plus rares et puis avaient à peu près complètement disparu ; seul, parfois, à l'entrée d'un chemin de pierre ou de terre, un poteau fléchait encore un hameau, une ferme ou un bois. — (Jean-Paul Goux, La commémoration, Actes Sud, 1995, chap. 1)
  2. (Rare) Atteindre d’une flèche.
    • Nos Indiens fléchèrent un animal qui nous était inconnu , c'était une espèce de chien dont la gueule est très allongée, sa robe était blanche et de couleur fauve. Nos Indiens l'appelaient guarachim. — (Adam de Bauve & P. Ferré, « Voyage dans l'intérieur de la Guyane », dans le Bulletin de la Société de géographie, 2e série, tome 1, Paris : chez Arthus- Bertrand, 1834, p. 173)
    • Sur le chemin du retour Djinn leva deux lapins et une outarde, que nous fléchâmes aussi, enrichissant notre tableau de chasse en le diversifiant. — (Laurent Sauphanor, Mona raconte Lisa, chez l'auteur/Iggybook, 2018)
  3. (Figuré) Orienter.
  4. (Agriculture) Commencer à se développer, en parlant de la flèche de la canne à sucre.
    • Les cannes flèchent au mois d'août, c'est-à-dire, vers le dixième mois de leur plantation ; au moment de la floraison la canne est creuse; aussi se garde-t-on bien de la récolter à cette époque ; […]. — (L.-J Blachette & Frédéric-Salvator Zoéga, Nouveau manuel complet du fabricant et du raffineur de sucre… , collection Manuels Roret, Paris : Librairie Encyclopédique de Roret, 1833, p. 22)
  5. (Élevage) Couvrir une femelle, s’accoupler avec elle, en parlant du bélier.
    • Dans la scène d’accouplement, c'est peut-être un bélier qui flèche (ou un étalon). […]. J'ai une hypothèse pour interpréter cette partie de saute-mouton : dans la Genèse XXX, 10, la vision de Jacob grâce à laquelle il accrut son troupeau aux dépens de Laban, une histoire de béliers noirs en rut... — (Olivier Pagès, Le Temple de Lanleff: Dossier, La TILV éditeur, 1998)

Dérivés[modifier le wikicode]

Références[modifier le wikicode]