force est

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier]

Étymologie[modifier]

De force, avec le verbe être.

Locution verbale [modifier]

force est \fɔʁ.s‿ɛ\

  1. (Force est de + infinitif) Il faut, il est impératif de. Note d’usage : S’emploie pour marquer la nécessité absolue de faire quelque chose ; peut s’employer avec un pronom personnel qui désigne celui ou ceux qui sont contraints.
    • Il est donc de toute impossibilité qu’elles subviennent seules à tous les services de l’hôpital, et force est bien de leur adjoindre le concours d’infirmières laïques et payées. (Paul-Gabriel d’Haussonville, Les Malades, dans L’Enfance à Paris, 1876)
    • Le bonheur des futurs serait avancé d’un jour. Non ! c’est en vue des Nouvelles-Hébrides que la cérémonie doit s’accomplir, et force est de se résigner. (Jules Verne, L’Île à hélice, 2e partie, Chapitre X, 1895)
    • La brume survenant épaisse, une veille très sévère fut nécessaire ; nous avancions cependant, mais à minuit on ne voyait plus à une longueur de bateau, et force nous fut de stopper. (Jean-Baptiste Charcot, Dans la mer du Groenland, 1928)
    • Mais à l’entrée des tentes on lui barra le passage, et force lui fut de s’arrêter. (Alexandre Dumas, Le Vicomte de Bragelonne, 1847, Michel Lévy frères, page 249)
    • Force est de constater que le gouvernement n'a pas tenu ses promesses.
    • Je voudrais bien demeurer, mais force m’est de partir.
Note[modifier]
Cette expression a un sens nettement plus fort que simplement « il faut bien » ; littéralement, elle signifie « on est bien forcé(s) de », « on est bien obligé(s) de ».

Références[modifier]