forfaiture

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

Du latin forfeture qui signifiait en droit féodal « violation du serment de foi en hommage » .

Nom commun [modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
forfaiture forfaitures
\fɔʁ.fe.tyʁ\
ou \fɔʁ.fɛ.tyʁ\

forfaiture \fɔʁ.fe.tyʁ\ ou \fɔʁ.fɛ.tyʁ\ féminin

  1. (Droit) Violation par un fonctionnaire public, un magistrat des devoirs essentiels de sa charge.
    • Ce magistrat a été destitué pour forfaiture.
  2. Manquement grave à ses responsabilités, à sa parole, notamment considéré comme une trahison.
    • Le bouc émissaire servira d’alibi à toutes les forfaitures officielles. Le chef commet un massacre, un vol ou une injustice, à la suite de quoi, pour ne pas être inquiété, il invente un bouc émissaire et le livre à la vindicte populaire… — (Bernard Werber, Nous les Dieux, Albin Michel, 2004, page 235)

Traductions[modifier le wikicode]

Voir aussi[modifier le wikicode]

Références[modifier le wikicode]