fourreau

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier]

Étymologie[modifier]

De l’ancien français fouriel, forrel, diminutif de fuere (« gaine »), de l’ancien bas francique *fôder (« couverture ») (cf. néerlandais voeder « doublure ») ; cf. occitan fodra, italien foderare.

Nom commun[modifier]

Singulier Pluriel
fourreau fourreaux
\fu.ʁo\

fourreau masculin

Sabre malinké dans son fourreau (1).
Robe fourreau (2) de mousseline avec corsage papillon (1913).
Fourreau (4) d'épaule de lieutenant sapeur pompier de Paris.
  1. Enveloppe de métal, de cuir ou d’étoffe ajustée à la forme allongée de l’objet qu’elle renferme et destinée à le protéger quand on ne s’en sert plus.
    • N’importe, dit Coconnas, j’ai bien de la peine à remettre mon épée dans le fourreau avant de m’être assuré qu’elle pique aussi bien que les lardoires de ce gaillard-là. (Alexandre Dumas, La Reine Margot, 1845, vol. I, ch. IV ; Calmann Lévy éditeurs, Paris, 1886, p. 45)
    • […] : le Capitaine y dirige son escadron et, sans faire remettre au fourreau le sabre qui reste suspendu à la dragonne, il commande : haut le fusil. (Vicomte Ulric-Guelfe de Civry, Un engagement de cavalerie, le combat de Buzancy, 27 Août 1870, Londres : Arliss Andrews, 1878)
    • Elle vit sa main qui se crispait sur le manche du poignard qu’il portait à sa ceinture ; elle vit la lame sortir du fourreau  (Michel Zévaco, Le Capitan, ch. XII, 1906, Arthème Fayard, coll. « Le Livre populaire » #31, 1907)
    • Faux fourreau, Sorte de fourreau dont on couvre le véritable fourreau d’une épée, d’un pistolet, etc., pour le garantir de la poussière ou de la pluie.
    • (Figuré) Tirer l’épée du fourreau, Commencer les hostilités. Remettre l’épée au fourreau, Faire la paix.
    • (Proverbial) (Figuré) L’épée, la lame use le fourreau, une trop grande activité d’esprit nuit à la santé.
  2. Choses rappelant la forme du fourreau.
    1. Robe de forme étroite.
    2. Enveloppe des épis quand ils commencent à se former.
    3. Enveloppe enterrée servant à faire passer et protéger des câbles.
    4. (Cyclisme) (Motocyclisme) Chacun des deux bras de la fourche d’un vélo qui partent du pivot de fourche.
      • Pour son train avant rigide, garant d’une grande stabilité, Bertrand a sélectionné une fourche GCB fabriquée en Italie. Les fourreaux de 54 mm sont usinés dans l’aluminium, et les tubes de 43 mm dans du chrome molybdène. (Claude de la Chapelle, Passion Harley, EDI8, 2014, p. 121)
      • Une fourche qui arrive régulièrement en butée et qui "pompe" trop au pédalage demande une augmentation de la précontrainte : soit en comprimant le ressort dans les fourreaux, soit en rajoutant un peu d'air, selon les modèles. (Christian Taillefer, Alain Dalouche, VTT : Descente, free ride, enduro : S’initier et progresser, éditions Amphora, 2010, p. 41)
  3. (Anatomie) Chez les animaux, protection de peau contenant le pénis lorsqu’il est rétracté au repos.
  4. (Militaire) Bande de tissu, portant l’indication d’un grade, que l’on glisse sur une patte d’épaule.
    • Le fourreau d’épaule remplace aujourd’hui l’épaulette.

Synonymes[modifier]

Dérivés[modifier]

Traductions[modifier]

Hyperonymes[modifier]

Voir aussi[modifier]

Références[modifier]