gagne-pain

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier]

Étymologie[modifier]

Du verbe gagner et du nom pain. (XIVe siècle)  [1] De l’ancien français gaignepain (« épée, l’épée du chevalier »), (XIIIe siècle) de l’ancien français gaaigne pain (« ouvrier très peu payé »)  [2], de l’ancien français gaaigner (« paître, récolter, profiter »), du latin gagnagium (« gain, profit »)  [3].

Nom commun [modifier]

(orthographe traditionnelle)
Invariable
gagne-pain
\gaɲ.pɛ̃\
(orthographe rectifiée de 1990)
Singulier Pluriel
gagne-pain gagne-pains
\gaɲ.pɛ̃\

gagne-pain \gaɲ.pɛ̃\ masculin

  1. Ce qui fait subsister quelqu’un, l’outil ou le métier qui lui sert à gagner sa vie, son pain.
    • Je crus d’abord l’amputation inévitable ; mais mutiler la main droite à un ouvrier, c’est lui ôter son gagne-pain. Tout devait être tenté pour conserver l’intégrité de ce membre. — (Jean Louis Armand de Quatrefages de Bréau, L’Archipel de Chausey, souvenirs d’un Naturaliste, La Revue des Deux Mondes, tome 30, 1842)
    • […] les docteurs du Talmud ne donnaient-ils pas eux-mêmes l’exemple en exerçant, pour assurer leur gagne-pain, les métiers les plus humbles, tels que forgerons, ou savetier, ou fabricant d’épingles, etc. …? — (Léon Berman, Histoire des Juifs de France des origines à nos jours, 1937)
  2. Personne qui fait subsister une ou plusieurs personnes par son métier.
    • Elle est le gagne-pain de sa famille.
    • Toujours est-il que ma mère est le gagne-pain de la famille [...].— (Nancy Huston, Lignes de failles, Babel, p. 142)

Traductions[modifier]

Références[modifier]