garrotter

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier]

Étymologie[modifier]

(Date à préciser) → voir garrot

Verbe[modifier]

garrotter \ɡa.ʁɔ.te\ transitif 1er groupe (conjugaison)

  1. Lier, attacher avec de forts liens.
    • […] et après avoir lui-même, malgré les pleurs et les prières de sa femme, solidement garrotté son fils, il avait emmené don Inigo d’Albaceyte dans une salle retirée de la ferme, […]. (Gustave Aimard, Les Trappeurs de l’Arkansas, Éditions Amyot, Paris, 1858)
    • Pendant mille ans nous avons garrotté l’humanité sur les chevalets ensanglantés ; de nouveau nous lui tenaillerons les chairs avec des fers rougis pour que la foi pénètre en son cœur. (Paul Lafargue, Pie IX au Paradis, 1890)
    • Ils auraient saisi et fusillé comme traître quiconque leur aurait dit, à cette heure, que seuls ils avaient le courage du devoir, tandis que les reste du pays, écrasé de terreur, se laissait lâchement garrotter. (Émile Zola, La Fortune des Rougon, chap. V)
  2. Faire subir le supplice du garrot ; exécuter un condamné à mort par le moyen du garrot.
    • Le dernier supplice en Espagne est ou d'être décapité , ( c'est le supplice des nobles ) ou d’être garrotté ( c'est celui dès personnes qui ont quelque distinction ) ou enfin d'être pendu ( c’est celui qu'on inflige au peuple). (Nicolas-Toussaint Des Essarts, Essai sur l'histoire générale des tribunaux des peuples tant anciens que modernes, ou Dictionnaire historique et judiciaire, Paris : chez l'Auteur, chez Durand neveu, chez Nyon aîné & chez Mérigot jeune, 1878, vol.2, p. 387)
  3. (Figuré) (Familier) Prendre toutes les précautions, tous les moyens imaginables pour empêcher quelqu’un de manquer aux engagements qu’il contracte, aux obligations qui lui sont imposées.
    • Je suis lié et garrotté par le contrat qui m’a été imposé.

Traductions[modifier]

Références[modifier]