gastrolâtre

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

 Dérivé du préfixe gastro- avec le suffixe -lâtre.

Nom commun [modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
Masculin
et féminin
gastrolâtre gastrolâtres
\ɡas.tʁo.latʁ\

gastrolâtre \ɡas.tʁo.latʁ\ masculin et féminin identiques

  1. (Vieilli) (Rare) Gourmand ; goinfre.
    • Certes , voilà bien de quoi humilier les gens de table de Paris, qui se donnent les noms ambitieux de gourmands, de gastronomes, de gastrolâtres, etc. — (Pierre Louis de Rigaud comte de Vaudreuil, Tableau des mœurs françaises aux temps de la chevalerie : tiré du roman de Sire Roland et de la belle Ermeline, Paris : chez Adrien Egron, 1825, vol.3,, page 284, note bas de page)
    • Supposons que le malheur conjugal soit tombé sur un gastrolâtre ! Il demande naturellement des consolations à son goût. Son plaisir, réfugié en d'autres qualités sensibles de son être, prend d'autres habitudes. — (Honoré de Balzac, Physiologie du mariage, ou, Méditations de philosophie éclectique: sur le bonheur et le malheur conjugal : méditation XXVIII, 1829, Paris : chez Charpentier, 1838 , p.368)
    • Au surplus, qu'on examine sans prévention l'effet social que produirait nécessairement l'épicurisme phalanstérien : l'homme habitué à ne marcher que sur des tapis moelleux, […], peut-il être doué du moindre courage? Le gastrolâtre n'est-il pas naturellement enclin à l'égoïsme? L'homme adonné aux voluptés érotiques n'est-il pas étranger aux élans de la piété? — (Louis Rousseau, Exposition critique des théories phalanstériennes, dans Croisade du XIXe siècle, Paris : chez Debécourt, 1841, p.472)
    • On notera ainsi avec bonne humeur « débrouillamini » (action de débrouiller un embrouillamini), « bonenfantise » (qualité d’une personne bon enfant), « gastrolâtre » (personne qui ne vit que pour les plaisirs de la table), « métromanie » (manie de composer des vers), « merdoie » (d’une couleur jaune verdâtre), « bisbrouille » (fâcherie, petite brouille), « ignivome » (qui vomit du feu). — (Alain Rey, l’amoureux des mots, Le Devoir.com, 6 janvier 2014)
    • La digestion, en employant les forces humaines, constitue un combat intérieur qui, chez les gastrolâtres, équivaut aux plus hautes jouissances de l’amour. On sent un si vaste déploiement de la capacité vitale, que le cerveau s’annule au profit du second cerveau, placé dans le diaphragme, et l’ivresse arrive par l’inertie même de toutes les facultés. — (Honoré de Balzac, Le Cousin Pons, 1847, chapitre IV, page 19 de l'édition Garnier)
  2. Adorateur du ventre, celui dont le dieu est le ventre.
    • [C]es Gastrolatres coquillons [...] tout tenoient Gaster pour leur grand Dieu, le adoroient comme Dieu, luy sacrifioyent comme a leur Dieu omnipotens, ne recongnoissoient aultre Dieu que luy ; le servoient, aymoient sus toutes choses, honoroient comme leur Dieu. Vous eussiez dict que proprement d'eulx avoit le sainct Envoyé escript, Philippens. 3 : « Plusieurs sont des quelz souvent je vous ay parlé (encores præsentement je le vous dis les larmes à l'œil) ennemis de la croix du Christ, des quelz Mort sera la consommation, des quelz Ventre est le Dieu. » — (François Rabelais, Le Quart Livre, 1552, chapitre LVIII, Comment, en la court du maistre ingenieux, Pantagruel detesta les Engastriymthes et les Gastrolatres)

Synonymes[modifier le wikicode]

Traductions[modifier le wikicode]

Références[modifier le wikicode]