gaucherie

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

 Dérivé de gauche, avec le suffixe -erie.

Nom commun [modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
gaucherie gaucheries
\ɡoʃ.ʁi\

gaucherie \ɡoʃ.ʁi\ féminin

  1. Fait d’être gaucher.
    • De plus, les intéressés et leur famille sont rarement compétents pour distinguer une gaucherie congénitale vraie d'une gaucherie secondaire. D'autre part, la représentation de la gaucherie varie en fonction d'influences socio-culturelles qui ne se sont pas modifiées historiquement de la même manière partout. — (Fanny Flament, Coordination et prévalence manuelle chez le nourrisson, Éditions du CNRS Aix-Marseille, 1975, chapitre 6-3-1)
  2. Action d’une personne gauche ou maladroite.
    • Il m'a laissé l'impression d'un homme aimable, qui avait des manières douces et des sentimens modérés. Il faisait des gaucheries continuelles dans l'assemblée dont il ne saisissait point le ton ; jamais il n'était à l’apropos. — (Étienne Dumont, Souvenirs sur Mirabeau et sur les deux premières assemblées législatives, Londres : chez Edward Bull, 1832, page 173)
    • Ce qui répondit à tout, dans la tête de Lucien, ce fut la pensée qu’il y aurait de la gaucherie à ne pas pénétrer dans les salons où allait madame de Chasteller, ou dans le sien, si elle n’allait nulle part. — (Stendhal, Lucien Leuwen, 1834)
  3. Manque d’aisance, de grâce ou de souplesse.
    • […] ; dans sa manière de se tenir en selle, il n’y avait rien de la gaucherie d’un moine ; au contraire, il étalait la grâce aisée et savante d’un habile cavalier ; … — (Walter Scott, Ivanhoé, traduit de l’anglais par Alexandre Dumas, 1820)
    • Les yeux fixes, il salua avec gaucherie, et fut immédiatement transformé en un être masqué et sur la défensive, […]. — (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, page 341 de l’édition de 1921)
    • M’est avis que ces apparences exprimaient tout simplement une grande timidité qui, jointe, comme il advient, à de la naïveté, composait un être de gaucherie. — (Joseph Caillaux, Mes Mémoires, I, Ma jeunesse orgueilleuse, 1942)
    • 27 décembre 44 – Andrew est séduisant d’ailleurs. Il a de l’autorité, de l’humour et cette fausse gaucherie des Anglais qui chez eux ressemble à de l’élégance. — (Benoîte et Flora Groult, Journal à quatre mains, Denoël, 1962, pages 388-389)
    • Des années récentes, elle n’a pas non plus envie de se souvenir, tout n’est que gaucherie et honte, les déguisements en danseuse de music-hall, la permanente frisée, les socquettes. — (Annie Ernaux, Les années, Gallimard, 2008, collection Folio, page 69)

Synonymes[modifier le wikicode]

Antonymes[modifier le wikicode]

Vocabulaire apparenté par le sens[modifier le wikicode]

Traductions[modifier le wikicode]

Voir aussi[modifier le wikicode]

Références[modifier le wikicode]