gigolette

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

De gigue (« jambe »).
Éventuellement influencé, au sens de « fille facile que l’on rencontre dans les bals populaires », par l’anglais giglet et giglot (« fille enjouée », « femme lascive ») [1] ou par l’équivalent masculin gigolo [2], quoique ce dernier soit attesté plus récemment [1].

Nom commun [modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
gigolette gigolettes
\ʒi.ɡo.lɛt\
ou \ʒi.ɡɔ.lɛt\
Une gigolette. (4)

gigolette \ʒi.ɡɔ.lɛt\ féminin

  1. (Cuisine) Épaule et muscle de l’épaule du lapin.
    • 2.Disposer les gigolettes dans un plat avec 1/4 verre d’eau et la moitié de la marinade et faire cuire au four (Thermostat 7) pendant environ 15 minutes en tournant et arrosant au cours de la cuisson. — (Collective du lapin, Gigolette au curcuma, recettes.doctissimo.fr)
  2. (Cuisine) Cuisse de volaille.
  3. (Argot) (Vieilli) Fille des rues, prostituée.
    • [...] les danses ardentes et chaloupées du Moulin de la Galette, où fréquentent indistinctement trottins et gigolettes, calicots valseurs, barbillons, rapins et curieux. — (Francis Carco, Jésus-la-Caille, Deuxième partie, ch. IV, Le Mercure de France, Paris, 1914)
  4. (Populaire) (Par extension) (Vieilli) Jeune fille de mœurs faciles que l’on rencontre dans les bals populaires.
    • Eh ! dis donc, Marthe, ma petite gigolette, que devient ce plumitif qui t’adore ? — (Joris-Karl Huysmans, Marthe, histoire d’une fille, 1877)
    • Mais je fus moins indifférent lorsque, comme consolation du retard d’Albertine, elle me dit : « Je crois que vous pouvez l’attendre à perpète. Elle ne viendra plus. Ah ! nos gigolettes d’aujourd’hui ! » — (Marcel Proust, Sodome et Gomorrhe, 1921)
    • Sur c’te butte là, y avait pas d’gigolette,
      Pas de marlous, ni de beaux muscadins.
      Ah, c’était loin du moulin d’la galette,
      Et de Paname, qu’est le roi des pat’lins.
      — (Monthéus, La butte rouge, 1923)
    • […] les chansons de la jeunesse des parents qui parlaient de Paris, de filles tombées au ruisseau, de gigolettes et de rôdeurs de barrière, […]. — (Annie Ernaux, Les années, Gallimard, 2008, collection Folio, page 30.)

Synonymes[modifier le wikicode]


Traductions[modifier le wikicode]

Voir aussi[modifier le wikicode]

Références[modifier le wikicode]