gloriole

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier]

Étymologie[modifier]

(1735) De Charles-Irénée Castel de Saint-Pierre, du latin gloriola, diminutif de gloria (« gloire »).[1]

Nom commun[modifier]

Singulier Pluriel
gloriole glorioles
\ɡlɔ.ʁjɔl\

gloriole \ɡlɔ.ʁjɔl\ féminin

  1. Vaine gloire que l’on tire de petites choses.
    • C’est pour la gloriole qu’il rapatrie son enfant à Gentilly…que ça va faire bien dans tout le quartier cet enterrement du jeune héros. (Alphonse Boudard, Le corbillard de Jules, Éditions de la Table Ronde, 1979, page 104)
    • A supposer, par exemple, […] qu’il n’eût pas nui à une personne contre laquelle il se croyait des griefs, […], aussitôt se glissait, s’insinuait, en lui, une certaine satisfaction et une certaine gloriole, aboutissant à cette inepte conclusion qu’il était supérieur à bien d’autres ; […]. (Joris-Karl Huysmans, La Cathédrale, Plon-Nourrit, 1915)
    • […] toujours est-il que j’ai eu la croix et que j’ai été porté à l’ordre du jour. C’est le plus beau de mon affaire ; j’avoue que j’ai eu un instant de gloriole […]. (Comtesse de Ségur, L’Auberge de l’Ange-Gardien, 1888)
    • Mais ce n'est là qu'une frime. Au fond, Grévy a pris le goût de l’Élysée ; il n'est pas insensible à la gloriole et aux menus avantages matériels de la présidence. (Alexandre Zévaès, Histoire de la Troisième République 1870 à 1926, Éditions Georges-Anquetil, 1926, p.247)

Synonymes[modifier]

Apparentés étymologiques[modifier]

Traductions[modifier]

Références[modifier]

  1. « gloriole », dans TLFi, Le Trésor de la langue française informatisé, 1971-1994 → consulter cet ouvrage