gonfler

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier]

Étymologie[modifier]

Du latin conflo (« aviver par le souffle »).

Verbe [modifier]

gonfler \ɡɔ̃.fle\ transitif, intransitif ou pronominal 1er groupe (conjugaison) (pronominal : se gonfler)

  1. Augmenter quelque chose de volume en la remplissant de gaz ou d’un fluide ; faire saillir.
    • […] il contemplait la vaste usine à gaz de Bun Hill. Au-dessus des gazomètres pressés les uns contre les autres, trois formes étranges apparurent, […] des ballons que l’on gonflait pour les ascensions hebdomadaires de l’Aéro-Club. — (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, p. 5 de l’éd. de 1921)
    • L'hiver dernier, ça a gelé dur, très dur, la terre a gonflé et les pavés sont remontés comme des dents qui se déchaussent. — (Christian Gailly, L'Air, Les Éditions de Minuit, 1991, chap. 12)
    • Le vent gonfle les voiles. — La pluie gonfle les torrents. — La bière m’a gonflé l’estomac.
  2. (Familier) (Par extension) Augmenter fortement et de manière anormale.
    • Ce tour de passe-passe mathématique n’a d’autre but que de gonfler les statistiques de fréquentation de son blogue.
    • Cette mesure est accusée de gonfler encore davantage le taux de chômage.
    • Pour toute réponse, l'intrus ferma un œil, et gonfla sa joue avec le bout de sa langue. — (Jules Girardin, Les braves gens, 1891)
  3. (Figuré) Remplir le cœur ou la poitrine d’un sentiment.
    • Les Lettres à l’Étrangère, […] malgré cette jactance énorme, qui le fait se gonfler jusqu’à la bouffonnerie, sont le plus émouvant, le plus angoissant martyrologe qui se puisse imaginer d’une vie d’artiste, […] — (Octave Mirbeau La Mort de Balzac, 1907)
    • Et tous de le flatter, et de l’entourer d’une cour dont il ne peut être dupe, mais dont se gonfle sa vanité. — (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958)
    • Le départ de son fils lui a gonflé le cœur.
  4. (Populaire) Agacer ; exaspérer.
    • Stan, qu'est-ce qu'il a pu me gonfler avec son tajine ! Et Vince, et sa fixette sur un gros poulet-frites. Moi, toutes ces années, je suis resté québlo sur le grec. — (Johann Zarca, Le Boss de Boulogne, éd. Don Quichotte, 2014)
  5. Transformer une image, un film pour le mettre dans un format supérieur.
    • On gonfle pour permettre à des films réalisés avec des technologies moins onéreuses que le 35mm d’exister au final sur un support 35mm, afin de pouvoir suivre une exploitation commerciale normale. — ([1])
  6. (Intransitif) Augmenter de volume, enfler.
    • J’ai le ventre qui a gonflé, c’est la bière !
  7. (Pronominal) Augmenter de volume, enfler.
    • L’osséine chauffée à l’autoclave avec de l’eau donne un albumoïde de nature plus simple, la gélatine ; celle-ci se gonfle au contact de l’eau en donnant des gelées […] — (Cousin & Serres, Chimie, physique, mécanique et métallurgie dentaires, 1911)
  8. (Pronominal) Être envahi d’émotion.
    • Son cœur se gonflait en pensant à elle.

Antonymes[modifier]

Dérivés[modifier]

Synonymes[modifier]

Importuner :

→ voir ennuyer

Traductions[modifier]

Traductions à trier[modifier]

Prononciation[modifier]

Homophones[modifier]

Références[modifier]