gouin

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

(sens 1) Masculin burlesque de gouine Référence nécessaire.
(sens 2) Étymologie manquante ou incomplète. Si vous la connaissez, vous pouvez l’ajouter en cliquant ici.

Nom commun [modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
gouin gouins
\ɡwɛ̃\

gouin \ɡwɛ̃\ masculin

  1. (Marine) Matelot d’une mauvaise tenue.
    • Ce sont les vieux pouillards, les gouines et les gouins.
      Hommes ou femmes, tous des dégaines pareilles !
      — (Jean Richepin, « Les haleurs », La Mer, G. Charpentier et E. Fasquelle, 1894, page 169.)
  2. Langue de la famille gur parlée au Burkina Faso aussi appelée cerma.

Notes[modifier le wikicode]

  • Le code de cette langue (cerma) dans le Wiktionnaire est cme.

Synonymes[modifier le wikicode]

langue

Traductions[modifier le wikicode]

Voir aussi[modifier le wikicode]

Références[modifier le wikicode]

Breton[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

Du moyen breton gouhin (« gaine »)[1], issu du latin vagina.
À comparer au cornique guien puis goyn, au gallois gwain et à l’irlandais faigen. À rapprocher du français gaine[2].

Nom commun [modifier le wikicode]

Mutation Singulier Pluriel
Non muté gouin gouinoù
Adoucissante ouin ouinoù
Durcissante kouin kouinoù

gouin \ˈɡuː.in\ masculin

  1. Gaine, fourreau.
    • Secʼhiñ a reas e gleze hag e silas adarre al laonenn en he gouin [...]. — (Langleiz, Tristan hag Izold, Al Liamm, 1972, page 141)
      Il essuya son épée et glissa de nouveau la lame dans son fourreau.
    • E sabrenn a oa stag-mat ouzh e cʼhouriz, hogen ar bommell a oa faout hag ar gouin merglet. — (Roparz Hemon, An tri boulomig kalon aour, Al Liamm, 1961, p. 11)
      Son sabre était bien attaché à sa ceinture, mais le pommeau était fendu et la gaine rouillée.

Dérivés[modifier le wikicode]

Références[modifier le wikicode]

  1. Jehan LagadeucCatholicon, Tréguier, 1499
  2. Victor Henry, Lexique étymologique des termes les plus usuels du breton moderne, J. Plihon et L. Hervé, Rennes, 1900, 378 pageslire sur wikisouce