gouverneur

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Voir aussi : Gouverneur

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

(Date à préciser) Dérivé de gouvernant avec le suffixe -eur.

Nom commun [modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
gouverneur gouverneurs
\gu.vɛʁ.nœʁ\

gouverneur \ɡu.vɛʁ.nœʁ\ masculin (pour une femme, on peut dire : gouverneure, gouverneuse)

  1. Celui qui est chargé de la direction d’une subdivision administrative de premier niveau, comme une province ou un État, d’une colonie ou d’un grand établissement financier.
    • La rue de la République, à Nouméa, partait d’une jetée de bois sur la mer et gagnait, après le palais blanc du gouverneur, une autre rue, que des maisons, […], flanquaient à droite. — (Francis Carco, Maman Petitdoigt, La Revue de Paris, 1920)
    • Je ne pense jamais au Siam sans évoquer le déjeuner que fit au Palais Royal le gouverneur de l’Indochine d’alors, M. Violette, accompagné de sa très digne épouse. — (Émile Servan-Schreiber, Alors raconte !, Paris : Presses de la Cité , 1967 - Versilio, 2014, chap.24)
    • Le gouverneur éhontément corrompu de Saxe, Martin Mutschmann, avait ignoré les appels des officiels de la ville à la construction d’abris solides, même s’il avait fait construire par les SS des bunkers de béton armé sous son bureau et dans le jardin de son domicile. — (Donald L. Miller, Les Maîtres de l'air, traduit de l’anglais (USA), Michel Lafon, 2015)
    • Gouverneur de la Banque de France, du Crédit Foncier.
  2. (Vieilli) Celui qui gouverne une province, une ville, une place forte.
    • Le gouverneur de la forteresse avait fait ses préparatifs de défense. Des monceaux de pavés garnissaient le haut des tours, entourant les canons, pour lesquels on avait élargit les meurtrières. — (Alfred Barbou, Les Trois Républiques françaises, A. Duquesne, 1879)
    • La faiblesse du califat permit aux gouverneurs de provinces et autres satrapes d’usurper le pouvoir et de fonder ainsi, à leur gré, des dynasties de courte ou de longue durée. — (Panayiotis Jerasimof Vatikiotis, L’Islam et l’État, 1987, traduction d’Odette Guitard, 1992)
    • Le gouverneur militaire de Paris.
  3. (Histoire) Celui qui est commis à l’éducation et à l’instruction d’un jeune prince, d’un jeune homme de grande famille. Dans ce sens, il a pour féminin gouvernante
    • Gouverneur du Dauphin. Gouverneur des Enfants de France.

Dérivés[modifier le wikicode]

Apparentés étymologiques[modifier le wikicode]

Traductions[modifier le wikicode]

Prononciation[modifier le wikicode]

Voir aussi[modifier le wikicode]

Références[modifier le wikicode]

Néerlandais[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

(1336-1339)[1] Du français gouverneur.

Nom commun [modifier le wikicode]

Nombre Singulier Pluriel
Nom gouverneur gouverneurs
Diminutif gouverneurtje gouverneurtjes

gouverneur \ˌɣu.vərˈnøːr\ masculin

  1. Gouverneur.

Taux de reconnaissance[modifier le wikicode]

En 2013, ce mot était reconnu par[2] :
  • 98,3 % des Flamands,
  • 97,6 % des Néerlandais.

Prononciation[modifier le wikicode]

Références[modifier le wikicode]

  1. Nicoline van der Sijs, Chronologisch woordenboek. De ouderdom en herkomst van onze woorden en betekenissen, Veen, Amsterdam, 2002, 2e éd.
  2. Marc Brysbaert, Emmanuel Keuleers, Paweł Mandera et Michael Stevens, Woordenkennis van Nederlanders en Vlamingen anno 2013: Resultaten van het Groot Nationaal Onderzoek Taal, Université de Gand, 15 décembre 2013, 1266 p. → [lire en ligne]