grasseiller

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Faut-il garder ou pas ? La conservation ou non de cette page est discutée, vous êtes invités à donner votre avis sur la page dédiée.

N’hésitez pas à modifier cette page, mais n’enlevez pas ce bandeau avant la fin de la discussion.

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

Dérivé de gras avec le suffixe -eiller.

Verbe [modifier le wikicode]

grasseiller \ɡʁa.se.je\ intransitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Parler gras, prononcer de la gorge ou peu distinctement les r.
    • Le médecin savoyard s'avance avec la gravité d'un juge de paix en fonctions, il tâte le pouls, fait tirer la langue, exécute une grimace, et grasseille en tapotant la joue du bon vieux :
      — Ce ne sera rien, mon ami, ce ne sera rien.
      — (La santé universelle: guide médical des familles, dirigé par Jules Massé, 1re année, n° 2 du 10 novembre 1851, part. 5 : Récréations, p. 57)
    • Grasseyeur n qui grasseille ou prononce mal certaines consonnes. — (Émile Négrin, Dictionnaire réciproque de la langue française: ou, Classification méthodique et mnémonique de tous les noms matériels, Nice : imprimerie de A. Gilletta, 1870, p. 171)
    • Un homme d'environ 60 ans, taille de 5 pieds et 2 pouces, portant perruque à queue, un peu voûté, des yeux gris, le nez gros, la figure pleine, qui grasseille en parlant, et passe très souvent rue Leyteire. — (Jacques Hérissay, Les pontons de Rochefort, 1792-1795 : les prêtres pendant la terreur, Perrin et Cie, 1925, p. 93)
    • Certains sont simplement drôles , comme ce perroquet de Robespierre qui, chaque fois qu'on prononçait le nom de son maître criait d'une voix glapissante : « Chapeau bas ! Vive la République ! » Ensuite il entonnait la « Marseillaise » dont il grasseillait tous les couplets avec un accent nasillard des plus bouffons. — (Robert Delys, « L'esprit des bêtes », dans L'Impartial n° 14948 du samedi 5 octobre 1929, p. 1)
    • — Qui est à l'appareil ?
      — Sicard.
      La voix un peu zezayante grasseillait ... Sicard. Oui. Je me souvenais.
      — Je voudrais vous voir très vite.
      — (Henri Nova, Témoin capital : roman policier inédit, Paris : éd. Ferenczi, 1958, chap. 1)
    • Le garçon ne sait, il s'embrouille, il grasseille. De son travail, qu'il présente bêtement, il passe à ses loisirs, la pêche, le ciné, la magie, la cocarde. Enfin, comme avec peine, la typographie. — (François Cariès, Enfin: roman, Tours : éd. Farrago & Paris :éd. L. Scheer, 2002, p. 213)
    • Rouler les “r” est mal vu; il faudrait grasseiller pour donner bonne impression, même si on parle mal le français et qu’on a l’air complètement ridicule; mieux, employer un mot de français, un mot d’arabe; puis, un mot d’anglais. — (Nadine Fayad Comair, La frime au Liban, rdl.com.lb)
    • Moi non plus je ne prononce pas les "R" (on appelle ça grasseiller, je crois...) et pourtant, j’ai réglé mes problèmes avec mon père… — (Paruline, site parent-solo.fr, 4 juillet 2007)

Variantes[modifier le wikicode]

Prononciation[modifier le wikicode]