griveler

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

(Date à préciser) Mot dérivé de grive, avec le suffixe -eler : la grive étant réputée pour l’avidité avec laquelle elle ramasse sa nourriture et les pillages qu’elle commet dans les vignes.

Verbe [modifier le wikicode]

griveler \ɡʁiv.le\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. (Vieilli) Faire quelques petits profits illicites dans un emploi, dans une charge.
    • Sénèque, avec sa philosophie sur le mépris et l’abandon des richesses, ne serait pas écouté à la bourse de Paris, comme il fut à Rome ; on le traiterait de fou ; et pourtant il n’était pas FOU , puisqu’il avait su griveler, à lui seul, cent-vingt millions ; […]. — (Charles Fourier, La Fausse Industrie morcelée répugnante et mensongère et l’antidote, l’industrie naturelle, combinée, attrayante, véridique donnant quadruple produit, Paris : Bossange père, 1836, volume 2, page 525)
  2. (Par extension) Partir d’un restaurant ou d’un café sans payer.
    • Saisissez bien Charlot transi, tout gris, l’estomac vide ; il est le pitre famélique regardant de la rue ceux qui, au restaurant, s’en mettent plein la lampe ; une vitre légère les sépare, et la loi (si la fantaisie lui venait à griveler). — (Henri Pichette, Rond-point, suivi de Joyce au participe futur, et de Pages pour Chaplin, Mercure de France, 1950, page 77)

Hyperonymes[modifier le wikicode]

Dérivés[modifier le wikicode]

Prononciation[modifier le wikicode]

Références[modifier le wikicode]