hétaïre

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher
Voir aussi : hétaire

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

Apparenté à hétairie, du grec ancien ἑταῖρα, hetaîra (« compagne »).

Nom commun [modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
hétaïre hétaïres
\e.ta.iʁ\

hétaïre \e.ta.iʁ\ féminin

  1. (Grèce antique) Femme éduquée et de haut niveau social qui offre compagnie et services sexuels, souvent de manière non ponctuelle.
    • Nous sommes nés par un acte érotique et à travers une femme, et c’est par un acte érotique et à travers une femme qu’il nous faudra mourir, à travers l’hétaïre de la mort qui est l’antinomie et le complément suprême de la Mère… Quand nous mourrons, nous naissons à rebours… — (Antal Szerb, Le voyageur et le clair de Lune, 1937, page 181, édition Viviane Hamy, traduction par Charles Zaremba et Natalia Zaremba-Huszvai)
  2. (Par extension) (Soutenu et plaisant) Femme vénale, qui fait profession du commerce charnel, courtisane.
    • Louise Bacalona est une des ces dames dont la chambre à coucher a autant de visites qu’un caravansérail. M. Prud’homme dit à son fils : c’est une hétaïre. — (L’Éclaireur (quotidien républicain radical socialiste des Pyrénées-Orientales), chronique judiciaire, 28 août 1880.)
    • Un homme, monsieur le Curé, à qui on aurait donné le bon Dieu sans confession et qui se débauchait avec des hétaïres. — (Georges Feydeau, Le Bourgeon, 1906)
    • Elles vont du putanat prolétarien à l’émerveillement de l’hétaïre haut cotée, jouant des fesses dans le velours et dans la soie. — (Victor Méric, Les Compagnons de l’Escopette, Éditions de l’Épi, Paris, 1930, p. 31)

Synonymes[modifier le wikicode]

Dérivés[modifier le wikicode]

Vocabulaire apparenté par le sens[modifier le wikicode]

Traductions[modifier le wikicode]

Anagrammes[modifier le wikicode]

Voir aussi[modifier le wikicode]

Références[modifier le wikicode]