haillon

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

(1391) Dérivé [1] en -on, soit de l’ancien français hailles (« guenilles ») → voir guenille et guenillon, soit du vieux haut allemand hadel → voir Hader et hadr ; hadel donne le féminin haille comme Nudel donne nouille. L’emprunt est ancien étant donné l’aire d’extension dans les patois wallon, champenois et picard alors que le normand a désaillé (« usé (en parlant d'un habit) »), déheiller (« mettre en lambeaux »), le breton a haillevodet (« gueux, canaille »)

Nom commun [modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
haillon haillons
(h aspiré)\a.jɔ̃\

haillon (h aspiré)\a.jɔ̃\ masculin

  1. Vieux lambeau de toile ou d’étoffe, guenille.
    • De grands lambeaux de brumes tout déloquetés, de véritables haillons tissus d’air et d’eau, balayaient le sol. — (Jules Verne, Le Pays des fourrures, J. Hetzel et Cie, Paris, 1873)
    • Enfin, derrière un haillon mal tiré, des ouvrières en chambre cousent à la machine, tandis qu'à un autre étage, un vieillard rafistole avec des ficelles une capote de soldat. — (Francis Carco, L’Amour vénal, chapitre I, Éditions Albin Michel, Paris, 1927, page 9)
    • Et Pierre était si blanc de terreur qu’on eût cru qu’il allait embrenner de peur ses haillons d’apôtre, et que les hommes le prirent en pitié et le tinrent pour fou. — (revue La Société nouvelle, 1890, page 308)
  2. (Par extension) Vêtement usé.
    • […] d’autres avaient des chapeaux et des habillemens[sic] européens, de diverses formes et couleurs, et on devinait aisément que tous les haillons qu’on avait pu se procurer avaient été employés pour la célébration de ce grand jour. — (René Caillié, Voyage à Temboctou et à Jenné, Revue des Deux Mondes, 1830, tome 1)
    • […] ; ces malheureux étaient conduits par un homme presque aussi pauvre qu'eux, vêtu d'habits crasseux et chaussé de mocassins. On disait autour de moi que cet homme était un évêque mormon. Un évêque mormon sous ces haillons sordides ! je n'en pouvais croire mes yeux. — (Jules Leclercq, La Terre de glace, Féroë, Islande, les geysers, le mont Hékla, Paris : E. Plon & Cie, 1883, p.42)
    • Yasmina lui était apparue, svelte et fine sous ses haillons bleus, avec son visage bronzé. — (Isabelle Eberhardt, Yasmina, 1902)
  3. Petite huttetravaillaient les ouvriers dans une ardoisière.

Synonymes[modifier le wikicode]

Dérivés[modifier le wikicode]

Traductions[modifier le wikicode]

Prononciation[modifier le wikicode]

Homophones[modifier le wikicode]

Références[modifier le wikicode]