herméneutique

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

Du grec ancien ἑρμηνευτικός, hermeneutikós (« art d’interpréter »), du nom du dieu grec Ἑρμῆς Hermès, nom du messager des dieux et interprète de leurs ordres.

Adjectif [modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
herméneutique herméneutiques
\ɛʁ.me.nø.tik\

herméneutique \ɛʁ.me.nø.tik\

  1. (Didactique) Qui a pour objet l’interprétation de tout texte nécessitant une explication, et plus particulièrement des textes sacrés.
    • ils [les philologues anciens] n’étaient guère plus compétents que nous pour la théorie scientifique de leur propre langue, et nous avons incontestablement des moyens herméneutiques qu’ils n’avaient pas. — (Ernest Renan, L’Avenir de la science, pensées de 1848, Édition C. Lévy, 1890, chapitre viii, pages 143.)
    • La première partie est consacrée à un "Survol laconique de nos prémisses herméneutiques" relatives à la philosophie, à l'histoire et à l'herméneutique. L'exposé de ces prémisses sera précédé d'une critique sommaire de quelques préjugés herméneutiques négatifs. Nous les appelons "préjugés négatifs", car ils contribuent à la perte de rationalité et à la consécration de la platitude dans l'interprétation et la traduction des textes africains en général et égyptiens en particulier. — (Mubabinge Bilolo, Les cosmo-théologies philosophiques de l’Égypte Antique : Problématiques, Prémisses herméneutiques-et-problèmes majeurs, Travaux de l'Académie de la Pensée Africaine, sect. I, vol . 1, Kinshasa-Munich-Libreville, 1986 ; nouvelle édition, Paris : Menaibuc , 2003 , p. 19)

Dérivés[modifier le wikicode]

Vocabulaire apparenté par le sens[modifier le wikicode]

Traductions[modifier le wikicode]

Nom commun [modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
herméneutique herméneutiques
\ɛʁ.me.nø.tik\

herméneutique \ɛʁ.me.nø.tik\ féminin

  1. Science herméneutique.
    • Son interprétation rationnelle du symbolisme scripturaire s’exerce sans critérium ni règles fixes d’herméneutique pour distinguer ce qui, dans l’Écriture, doit être pris au sens littéral ou au figuré. — (Louis Rougier, Histoire d’une faillite philosophique: la Scolastique, 1925, éd. 1966)
    • Nous venons de suivre la voie qui consiste à appliquer les catégories de l’herméneutique générale à l’herméneutique biblique traitée comme une herméneutique régionale. Ricœur fait le pari que c'est en procédant ainsi que le caractère «original» et «excentrique» de la théologie biblique peut apparaître […]. — (Alain Thomasset, Paul Ricœur, une poétique de la morale: Aux fondements d'une éthique herméneutique et narrative dans une perspective chrétienne, Presses universitaires de Louvain, 1996, p. 260)
    • Ceci renvoie à cette distinction importante que Durand (1968) établissait entre les herméneutiques réductives (v.g. «vous prenez un plaisir sadique à vous chicaner»), comme c'est parfois le cas en psychanalyse classique, et les herméneutiques instauratives, dont le système de significations n'est pas pré-structuré, et qui inspirent et contribuent à reconstruire le sens. — (Marc-André Bouchard, De la phénoménologie à la psychanalyse: Freud et les existentialistes américains, Éditions Pierre Mardaga, 1990, p. 102)

Traductions[modifier le wikicode]

Voir aussi[modifier le wikicode]

Références[modifier le wikicode]