hitlérien

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier]

Étymologie[modifier]

De Hitler et -ien.

Adjectif[modifier]

Singulier Pluriel
Masculin hitlérien
\i.tle.ʁjɛ̃\
hitlériens
\i.tle.ʁjɛ̃\
Féminin hitlérienne
\i.tle.ʁjɛn\
hitlériennes
\i.tle.ʁjɛn\

hitlérien

  1. Qui se rapporte à Adolf Hitler, son régime et sa doctrine.
    • Et voilà que je me rappelle les cortèges de gueux qu'on menait en musique, le 1er mai, à Tempelhof, jurer fidélité au Führer. Avec quelle joie, avec quelle foi elles clamaient le Horst-Wessel-Lied, l'hymne hitlérien, ces gueules blêmes. (Xavier de Hauteclocque, La tragédie brune, Nouvelle Revue Critique, 1934, p.16)
    • M. Litvinoff dénonce au Conseil le péril hitlérien : « L'Allemagne, comme le montre Mein Kampf, vise à dominer le continent. » (Victor Margueritte, Le cadavre maquillé : La S.D.N. (Mars-Septembre 1936), Flammarion, 1936, p.34)
    • Leur sympathie pour le corporatisme, tel qu'avait tenté de l'établir le gouvernement Pétain sur le modèle de l’Italie fasciste et du Reich hitlérien, et qui, soumettant le travailleur au règne unique des traditions et des coutumes, c'est à dire de l’habitude, tend à ruiner en lui tout exercice de la liberté et de la raison. (Julien Benda, La trahison des clercs, 1927, édition revue & augmentée, Grasset, 1946, p.30)

Synonymes[modifier]

Apparentés étymologiques[modifier]

Traductions[modifier]

Nom commun[modifier]

Singulier Pluriel
Masculin hitlérien
\i.tle.ʁjɛ̃\
hitlériens
\i.tle.ʁjɛ̃\
Féminin hitlérienne
\i.tle.ʁjɛn\
hitlériennes
\i.tle.ʁjɛn\

hitlérien masculin

  1. Partisan d'Adolf Hitler.
    • Mon hitlérien de province cherche le terme qui exprimerait sa pensée. Soit qu'il ne le trouve pas, soit qu'il n'ose dire une parole trop grandiose, il se tait. J'en ai l'impression très nette : en le poussant un peu on lui ferait avouer qu'il voit dans Hitler une nouvelle incarnation du Christ. (Xavier de Hauteclocque, La tragédie brune, Nouvelle Revue Critique, 1934, p.94-95)

Traductions[modifier]

Prononciation[modifier]