hydroprêtre

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier]

Étymologie[modifier]

(XIXe siècle) Ce mot aurait été forgé sur le modèle du mot hydrophobe, en 1873, par un membre « anticlérical » du conseil municipal de Marseille ayant confondu les sens du préfixe hydro- (« qui se rapporte à l’eau ») et du suffixe -phobe ( « qui craint » ou « qui déteste » )[1]. D’où la naissance du mot « hydroprêtre » (littéralement curé aquatique) à la place de prêtrophobe (« qui craint » ou « qui déteste » les prêtres). Quoiqu’il en soit, il est ensuite utilisé par la partie adverse pour moquer l’illettrisme supposé des anticléricaux.

Nom commun[modifier]

Singulier Pluriel
hydroprêtre hydroprêtres
\i.dʁɔ.pʁɛtʁ\

hydroprêtre \i.dʁɔ.pʁɛtʁ\ masculin

  1. (Ironique) (Par plaisanterie) Anticlérical virulent. La formation aberrante du mot sous-entend: et ignorant, illettré, inculte.
    • L’Union de Vaucluse nous apporte une nouvelle dénomination, très heureusement trouvée par un membre du conseil municipal de Marseille: […] « Moi, pour quant aux chiffres, c'est pas mon affaire ! mais il y a une partie que je me réserve : le clergé. Je suis avant tout hydroprêtre ». Serait-ce parce qu'ils comptent d'innombrables adeptes de cette force, que le Siècle et le Rappel , quelque peu honteux de l'ignorance de leurs séides, réclament l'instruction obligatoire ? (L'Univers, 18 avril 1873.)
    • En attendant, voici quelques échantillons de littérature électorale. Ici, un candidat se déclare curophage. Cela doit vouloir dire « mangeur de curés »; mais si ledit candidat mange du curé, il devrait bien l’assaisonner à la sauce française. Un autre se prétend hydroprêtre : cela ne veut rien dire du tout, mais cela doit faire de l’effet « sur les masses ». (Mon clocher : bulletin mensuel de la Paroisse Sainte-Marie des Batignolles , 1 mai 1914.)
    • On me signale un mot admirable de Curnonsky. Cet auteur le prête à un Homais de sous-préfecture, qui déclare: « Moi, une robe noire me met en rage. Je n'aime pas les jésuites. Et je suis hydroprêtre ». Ce mot qui a peut-être été entendu, est exquis parce qu'il ne provient pas seulement de hydrophobe, où hydro semble jouer le rôle de phobe et comporter une idée de haine, aux yeux des manilleurs du Café du Commerce. Il est aussi contaminé par hydre (hydre du cléricalisme.) et par suite il est à parier que sa formation a été instinctive, issue des profondeurs du subconscient. Donc, qu’il est authentique. (André Thérive, Querelles de langage dans Les Nouvelles littéraires, artistiques et scientifiques : hebdomadaire d'information, de critique et de bibliographie , 7 juillet 1928.)

Synonymes[modifier]

Traductions[modifier]

Références[modifier]

  1. L'Univers, 18 avril 1873.