hyperphysique

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher
Voir aussi : hyper-physique

Français[modifier]

Étymologie[modifier]

(XIXe siècle) De physique avec le préfixe hyper-.

Adjectif [modifier]

Singulier Pluriel
Masculin
et féminin
hyperphysique hyperphysiques
\i.pɛʁ.fi.zik\

hyperphysique \i.pɛʁ.fi.zik\ masculin et féminin identiques

  1. (Désuet) Surnaturel.
    • Les naturalistes admettaient au Monde des périodes dans la production des faits cosmiques sans l’intervention d’aucune action hyperphysique ; toutefois ils admettent que chaque organe des sens a été construit par un créateur pour recevoir les fluides impondérables arrivant des objets. […] Je n’ai pas admis l’action hyperphysique pour expliquer la cosmogonie, j’ai trouvé partout une expansion des molécules homoïdales, et production des mélanges de ces molécules parce qu’elles ne sont pas d’égale densité. — (Pierre Béron, Transformation de l’eau en minerais, Paris, 1868)

Variantes[modifier]

Apparentés étymologiques[modifier]

Nom commun [modifier]

Singulier Pluriel
hyperphysique hyperphysiques
\i.pɛʁ.fi.zik\

hyperphysique \i.pɛʁ.fi.zik\ féminin

  1. (Désuet) Surnaturel.
    • Il y avait aussi parmi eux un philosophe très-savant en médecine et dans les sciences naturelles, et lorsqu’il demanda au Seigneur Jésus s’il avait étudié la médecine, celui-ci lui exposa la physique, la métaphysique, l’hyperphysique et l’hypophysique, les vertus du corps et les humeurs et leurs effets, le nombre des membres et des os, des urines, des artères et des nerfs, les divers tempéraments, chaud et sec, froid et humide, et quelles sont leurs influences ; quelles sont les opérations de l’âme dans le corps, ses sensations et ses vertus, les facultés de la parole, de la colère, du désir, la congrégation et la dispersion et d’autres choses que l’intelligence d’aucune créature n’a pu expliquer. — (Abbé Migne, Troisième et dernière encyclopédie théologique, tome 23e : Dictionnaire des apocryphes, tome premier, J.-P. Migne, Éditeur, Paris, 1856)
    • L’abbé Blanchard, dans ses réflexions sur « méthode et principes du P. Teilhard » (4) me reproche avec raison une adhésion non plus à l’hyperphysique, mais au sens spirituel complet de ce qu’elle nous suggère. — (Paul Chauchard, La Pensée scientifique de Teilhard, Éditions universitaires, 1965)

Variantes[modifier]

Apparentés étymologiques[modifier]

Références[modifier]