iconoclaste

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

(1557) Formé à partir du grec byzantin eἴκονοκλάστης eikonoklastês « briseur d’images et de statues» , lui-même du grec ancien εἰκών, eikôn (« image, icône ») et du grec ancien κλάω, klaô (« briser »).  [1]  [2]

Adjectif [modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
iconoclaste iconoclastes
\i.kɔ.nɔ.klast\

iconoclaste \i.kɔ.nɔ.klast\ masculin et féminin identiques

  1. (Histoire) Qui condamne la représentation figurée des personnes divines.
    • Un zèle, une fureur iconoclaste.
  2. (Par extension) Qui, dans les médias, s'attaque à de (prétendus) tabous, ou à des idoles du moment : stars, universitaires, personnages en vue, d'habitude célébrés sans réserve par les mêmes médias.
    • Un livre iconoclaste qui crée des remous et secoue les tabous.
    • Loin des conventions des plus célèbres viviers vidéoludiques que sont le Japon, les Etats-Unis ou le Canada, la scène helvétique s’est imposée en quelques années comme le laboratoire fou de la manette, grâce à sa production à la fois iconoclaste, arty et déjantée. — (William Audureau, « La Suisse, pays des jeux vidéo déjantés, et plus si affinités » sur LeMonde.fr, Le Monde. Mis en ligne le 19 août 2017, consulté le 20 août 2017)

Apparentés étymologiques[modifier le wikicode]

Traductions[modifier le wikicode]

Nom commun [modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
Masculin
et féminin
iconoclaste iconoclastes
\i.kɔ.nɔ.klast\

iconoclaste \i.kɔ.nɔ.klast\ masculin et féminin identiques

  1. (Histoire) Partisan d'une secte byzantine du huitième siècle qui détruisait les images et les statues des saints.
    • Les prêtres avaient rassemblé au collège de l'orthodoxie, la plus belle bibliothèque du monde (...). Ce collège fut dévasté par les empereurs iconoclastes. — (Chateaubriand, Génie du Christianisme, 1802)
  2. (Histoire) (Par extension) Fanatique, qui rejetant la représentation figurée de Dieu et des saints, profane, détériore ou détruit les statues dans les églises ou les cimetières.
    • Les réformateurs du seizième siècle furent souvent des iconoclastes.
    • Sous la Terreur, les iconoclastes hébertistes dévastaient et pillaient les églises.
    • Toutes les nations héroïques, Perses, Romains, Germains (...), furent longtemps iconoclastes. (Michelet)
  3. (Par extension) Innovateur ou réformateur radical dans un domaine quelconque, qui s'attaque à l'orthodoxie ambiante, aux croyances établies, aux idées reçues.

Traductions[modifier le wikicode]

Références[modifier le wikicode]