impuissance

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

(1361) Dérivé de puissance avec le préfixe in- ; l’adjectif impuissant est attesté postérieurement.

Nom commun [modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
impuissance impuissances
\ɛ̃.pɥi.sɑ̃s\

impuissance \ɛ̃.pɥi.sɑ̃s\ féminin

  1. Manque de pouvoir, de moyens pour faire quelque chose.
    • L’impuissance intellectuelle aboutit souvent au fractionnement de l’objet d'étude, à la transformation en salami de l’histoire humaine. — (Emmanuel Todd, Le Fou et le Prolétaire, 1979, réédition revue et augmentée, Paris : Le Livre de Poche, 1980, page 58)
    • L’impuissance de l'Europe à peser sur l'issue du conflit du Proche-Orient aggrava leurs difficultés, surtout quand les pays arabes utilisèrent l’arme du pétrole comme instrument de coercition politique. — (Panayiotis Jerasimof Vatikiotis, L’Islam et l’État, 1987, traduction d’Odette Guitard, 1992, page 178)
    • Convaincu de son immense impuissance à régler les problèmes de la planète, il n’en considérait pas moins comme un devoir civique de se tenir au courant de l’actualité nationale et internationale. — (Jacques Bens, Lente sortie de l'ombre, Stock, 1998, page 23)
  2. (En particulier) Incapacité sexuelle.
    • Il avait beau se dire que cela était passager sans doute, qu’une cause morbide devait être au fond : le sentiment de son impuissance ne l’en déprimait pas moins ; et il était, devant les femmes, comme les garçons trop jeunes que le désir fait bégayer. — (Émile Zola, Le Docteur Pascal, G. Charpentier, 1893, chapitre VI)
    • En s’imposant brutalement dans les officialités, le congrès réveille et déchaîne les passions les plus grossières. Dès le XVIe siècle et grâce à lui, les procès en impuissance occupent le devant de la scène. Générateur de paradoxes, il marque l’âge d’or de la répression. — (Pierre Darmon, Le tribunal de l'impuissance : Virilité et défaillances conjugales dans l'Ancienne France, Éditions du Seuil, 1979, page 207)
    • Il en résulte que la consommation du mariage demeure une notion clef. C'est pourquoi, outre l’impuberté, l’impuissance de l'un ou l'autre des époux constitue un empêchement dirimant, absolu et est une cause incontestable d’annulation. — (Revue historique de droit français et étranger, CNRS, 1988, page 529)

Traductions[modifier le wikicode]

Prononciation[modifier le wikicode]

Voir aussi[modifier le wikicode]

Références[modifier le wikicode]