infamie

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Voir aussi : Infamie, infâmie

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

(Siècle à préciser) Du latin infamia (« mauvaise renommée, déshonneur »).

Nom commun [modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
infamie infamies
\ɛ̃.fa.mi\
ou \ɛ̃.fɑ.mi\

infamie \ɛ̃.fa.mi\ ou \ɛ̃.fɑ.mi\ féminin

  1. Flétrissure imprimée à l’honneur, à la réputation, soit par la loi, soit par l’opinion publique.
    • Je ne souffrirai jamais, dit le baron, une telle bassesse de sa part, et une telle insolence de la vôtre ; cette infamie ne me sera jamais reprochée : les enfants de ma sœur ne pourraient entrer dans les chapitres d’Allemagne. Non, jamais ma sœur n’épousera qu’un baron de l’empire. — (Voltaire, Candide, 1759)
    • Je sais tout ce que le cœur humain peut contenir de lâchetés, d’infamies. — (Honoré de Balzac, Modeste Mignon, 1844)
  2. Caractère déshonorant, honteux, vil, d’une chose, d’un acte.
    • Si tu ne cesses tes remontrances, répondirent les habitants de Sodome, nous te bannirons de notre ville. — J’ai votre crime en horreur, reprit Loth. Seigneur, préserve-moi, préserve ma famille de leur infamie. — (Le Coran, 26, trad. Savary, 1783)
    • Je dévoilerai l’infamie de sa conduite.
  3. Action déshonorante ou honteuse.
    • La Louve, cette péripatéticienne de la rue Pierre-Lescot, épousera son Martial et en aura beaucoup d'enfants. Il suffit d'avoir fait quelque infamie pendable et d'avoir rencontré M. Rodolphe de Gérolslein pour se remettre à flot. — (« Du dernier roman de M. Eugène Sue : Les Mystères de Paris », dans la Revue nationale de Belgique, tome 9, Bruxelles : à la Librairie polytechnique d'Auguste Decq, 1843, p. 147)
    • Je n’étais pas loin de verser des pleurs sur ma propre infamie, en songeant que j’étais là à m’amuser et à boire avec des singes, quand mon compagnon se morfondait sur la paille, dans une cage. — (Pierre Boulle, La Planète des singes, Julliard, 1994, page 151)
  4. (Au pluriel) Parole injurieuse à l’honneur, à la réputation.
    • Il faudra donc que nous passions pour honnêtes les impiétés et les infamies dont sont pleines les comédies de Molière. — (Jacques-Bénigne Bossuet, Maximes et réflexions sur la comédie, 3, 1728)
    • Il lui a dit mille infamies, toutes les infamies imaginables.

Variantes orthographiques[modifier le wikicode]

Apparentés étymologiques[modifier le wikicode]

Traductions[modifier le wikicode]

Traductions à trier[modifier le wikicode]

Prononciation[modifier le wikicode]

Références[modifier le wikicode]