inimaginable

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier]

Étymologie[modifier]

→ voir in- et imaginable.

Adjectif [modifier]

Singulier Pluriel
Masculin
et féminin
inimaginable inimaginables
\i.ni.ma.ʒi.nabl\

inimaginable \i.ni.ma.ʒi.nabl\ masculin et féminin identiques

  1. Que l’on ne peut imaginer.
    • Ce qu'échangeaient les deux amies de sentiments élevés, exquis et mystérieux, est inimaginable. — (Charles-Augustin Sainte-Beuve, Nouveaux Lundis, tome I, 1863)
    • L’effondrement, bien qu’il se produisît de toutes parts, demeurait inimaginable, incroyable. — (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, p. 394 de l’éd. de 1921)
    • Contrairement à beaucoup d’érudits en chambre, notre confrère profitait de ses inspections communales pour mener ses enquêtes sociologiques ou folkloriques sur le terrain, souvent dans des conditions d’inconfort inimaginables. — (Pierre Boyer, Émile Dermenghem (1892–1971), Bibliothèque de l’école des chartes, vol. 129, n°129-2, 1971, p. 526)

Antonymes[modifier]

Traductions[modifier]

Nom commun [modifier]

Singulier Pluriel
inimaginable inimaginables
\i.ni.ma.ʒi.nabl\

inimaginable \i.ni.ma.ʒi.nabl\ masculin

  1. Ce que l’on ne peut, ou que l'on ne saurait, imaginer.
    • L'évêque constitutionnel de Rhône-et-Loire : Lamourette, ayant conjuré ses collègues de s'unir « pour rendre l'ordre à l'Empire et la sécurité à la nation », l’inimaginable s'était produit : Feuillants et Jacobins, la Montagne et la Plaine, avaient oublié leur mutuel soupçon, leurs accusations réciproques, en se jurant de ne plus songer qu'au salut public. — (Robert Margerit, La Révolution: Les autels de la peur, Gallimard, 1963, p. 128)

Références[modifier]