intello

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

(Siècle à préciser) Apocope d’intellectuel avec finale -o qui rend le mot plus familier comme apéro pour apéritif, ventilo pour ventilateur, etc.

Adjectif [modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
intello intellos
\ɛ̃.tɛ.lo\
ou \ɛ̃.te.lo\

intello \ɛ̃.tɛ.lo\ ou \ɛ̃.te.lo\

  1. (Familier) Qui appartient à l’intellect, aux activités de l’esprit, par opposition à matériel ou manuel.
    • Et puis, je te dis, elle est fascinée par ton côté très intello. Ça se voit que c'est une fille très « bourge », de bonne famille, d'aristocrate qui n'a de passion que pour les bouquins, la comédie, l'opéra et la vie de châteaux. — (Alassane Mamadou Ndiaye, Lettre posthume, Les éditions De La Lune, 2006, p.207)
    • Et c'est quoi tous ces bouquins ? C'est ton côté intello ? Remarque, pour faire le boulot que tu fais, faut être un brin intello, ou maso... ou simplement voyeur. — (Jan Van Aal, Le Trouble-vie, Mon Petit Éditeur, 2001, p.53)

Traductions[modifier le wikicode]

Nom commun [modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
Masculin
et féminin
intello intellos
\ɛ̃.tɛ.lo\
ou \ɛ̃.te.lo\

intello \ɛ̃.tɛ.lo\ ou \ɛ̃.te.lo\ masculin et féminin identiques

  1. (Familier) Personne qui s’adonne, professionnellement ou par goût, aux activités intellectuelles.
    • Et quand ils venaient le vendredi ou le samedi soir, il empilait ses livres de politique sur le bureau et faisait semblant de travailler. Il voulait avoir l’air d’un intello, pas d’un laissé-pour-compte. — (Ken Siman, Pizza Face, 1991. Traduit de l’américain par Pascale Barbera, 1993, p. 130)
    • Il fait partie des intellos, mais il est tellement coincé que même la bande des intellos préfère ne pas être vue en sa compagnie. — (Allison Van Diepen, Les secrets d'une blogueuse amoureuse, Harlequin, 2011)
    • Çà et là quelques intellos tombés de leur lit parcouraient la presse pour intellos du weekend. — (Guy Langlois, Le Fond de l'âme effraie, Fayard, 2000, chap.7)

Traductions[modifier le wikicode]