islamophobie

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

(1910) Composé de islamo- et de -phobie[1].

Nom commun [modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
islamophobie islamophobies
\is.la.mɔ.fɔ.bi\

islamophobie \is.la.mɔ.fɔ.bi\ féminin

  1. Ensemble de jugements négatifs à l’encontre de l’islam, voire des personnes de confession musulmane.
    • L’islamophobie n'a donc pas de raison d'être dans l'Afrique occidentale, où l’islamophilie, dans le sens d'une préférence accordée aux Musulmans, créerait d'autre part un sentiment de méfiance parmi les populations non musulmanes, qui se trouvent être les plus nombreuses. — (Maurice Delafosse, L'état actuel de l'islam dans l'Afrique occidentale française, article paru dans La revue du monde musulman, volume XI [mai 1910] ; Ernest Leroux éditeur, Paris, 1910, page 53.)
    • Une fois écartée la légende de l'invention du terme islamophobie par les mollahs iraniens (il a en fait été inventé par les orientalistes en 1910), on réalise que l'enjeu central est finalement celui de sa définition et de ses usages. — (Marwan Mohammed, « "Le problème musulman" sert le mythe de l'homogénéité nationale » in Le courrier de l'Atlas de septembre 2013)
    • Si on l’aborde d’un point de vue purement étymologique, l’islamophobie devrait désigner « la peur de l’islam ». Or les inventeurs, promoteurs et utilisateurs de ce terme l’emploient pour dénoncer la haine à l’égard des musulmans. Il est curieux que ce ne soit pas « musulmanophobie » et, plus largement, « racisme » qui l’aient emporté sur « islamophobie », non ? D’un point de vue étymologique, ce serait juste un peu moins branlant. Alors, pour quelle raison le terme « islamophobie » s’est-il imposé ? — (Charb, Lettre aux escrocs de l’islamophobie qui font le jeu des racistes ; éditions Les Échappés, 96 p., 2015, p. 7-8.)
    • Pendant ce temps, l’accusation des communautaristes les plus exacerbés qui s’affichent au côté des Frères musulmans, s’abat sur les défenseurs de la laïcité, traînés dans la boue de l’insulte en « laïcardise » ou en « islamophobie », fonction de l’ampleur du discrédit que leurs contempteurs entendent leur infliger. — (Revue de presse : « L. Marchand-Taillade : "Pour des assises nationales de la laïcité" (lefigaro.fr/vox , 4 av. 16) », le 6 avril 2016, sur le site du Comité Laïcité République (www.laicite-republique.org))
    • Le mot « islamophobie » a été pensé par les islamistes pour piéger le débat et détourner l’antiracisme au profit de leur lutte contre le blasphème. Il est urgent de ne plus l’employer pour combattre à nouveau le racisme et non la critique laïque de l’islam. — (Caroline Fourest & Fiammetta Venner, Islamophobie ?, dans ProChoix n°26-27, Automne-Hiver 2003)
    • Forgé par les intégristes iraniens à la fin des années 70 pour contrer les féministes américaines, le terme d’« islamophobie », calqué sur celui de xénophobie, a pour but de faire de l’islam un objet intouchable sous peine d’être accusé de racisme. Cette création, digne des propagandes totalitaires, entretient une confusion délibérée entre une religion, système de piété spécifique, et les fidèles de toutes origines qui y adhèrent. — (Pascal Bruckner, L’invention de l’« islamophobie », dans Libération du mardi 23 novembre 2010)

Antonymes[modifier le wikicode]

Apparentés étymologiques[modifier le wikicode]

Vocabulaire apparenté par le sens[modifier le wikicode]

Traductions[modifier le wikicode]

Prononciation[modifier le wikicode]

Voir aussi[modifier le wikicode]

Références[modifier le wikicode]

  1. Maurice Delafosse, L’état actuel de l’Islam dans l’Afrique occidentale française, Revue du monde musulman, vol. XI, n°V, 1910, page 57.