jaser

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

(XVIe siècle) Origine incertaine. Probablement du même radical *gas- que gazouiller.

Verbe [modifier le wikicode]

Une photographie d'un oiseau, bec ouvert.
Un geai en train de jaser (1).

jaser \ʒɑ.ze\ ou \ʒa.ze\ intransitif 1er groupe (voir la conjugaison)

Deux personnes (au premier plan) en train de jaser. (3)
Circle-icons-camera.svg

Illustration souhaitable : Sens 2 et 4. (voir le fonctionnement, l’aide, la liste)

  1. Pousser son cri, en parlant des geais, des pies et de quelques autres oiseaux.
    • On n’entendit plus que le chuchotement des merles branchés qui jasaient encore, mais ne riaient plus. — (Eugène Fromentin, Dominique, L. Hachette et Cie, 1863, réédition Gründ, page 239)
    • Le soir de ce jour mémorable, au retour de l’école, surpris de ne point entendre jaser ou siffler son geai, l’écolier appela le petit père Moreau ; mais l’oiseau favori ne vint point à la voix de son maître. — (Henri Galleau, Un nid de geais, in La Semaine des familles : revue universelle hebdomadaire, 1873)
    • Cette pie jase tout le jour.
  2. Se plaire à babiller.
    • Il lui semblait retrouver sa famille; il sentit qu’il aimait ces enfants, qu’il se plaisait à jaser avec eux. — (Stendhal, Le rouge et le noir, 1830, réédition Gallimard, 2020, page 216)
    • Je ne recevais point de ces dames européennes qui ne songent qu’à jaser ou à se révéler des secrets de beauté et des adresses de coiffeur. — (Out-el-Kouloub, Zaheira, dans « Trois contes de l’Amour et de la Mort », 1940)
    • L’enfant qui jase et le vieillard qui radote n'ont ni l’un ni l’autre le ton de la raison, parce qu'ils manquent également d'idées ; le premier ne peut encore en former, et le second n'en forme plus. — (Georges-Louis Leclerc de Buffon, Discours sur la nature des animaux, in Œuvres, Bibliothèque de la Pléiade, 2007, page 464)
    • Jaser comme une pie : parler beaucoup, babiller.
  3. (Familier) Parler, à propos de quelqu’un ou de quelque chose, avec une malignité qui va souvent jusqu’à la médisance ou à l’indiscrétion.
    • D’autre part, j’ai compris que, dans le pays, on commence à jaser sur mon compte. — (Elsa Triolet, Le premier accroc coûte deux cents francs, 1944, réédition Cercle du Bibliophile, page 303)
    • Les gens jasent parce que les patrons tombent amoureux de leur secrétaire, les maris de leur belle-sœur, les femmes du meilleur ami de leur mari… Mais pourquoi tomberait-on amoureux des gens que l’on ne voit jamais ? — (Pierre Daninos, Enfer conjugal, in Daninoscope, 1963)
    • Les gens, évidemment, jasaient. D’une manière ou d’une autre, ils médisent, ça les désennuie. — (Michel del Castillo, Le Vent de la nuit, éditions René Julliard, 1972, livre premier, septième chapitre)
  4. (Canada)(Charente) Discuter, parler, bavarder­.
    • En fin de semaine, les parcs de Montréal débordaient déjà de partout. Il y avait des bulles familiales, mais aussi de nombreux regroupements serrés de plusieurs personnes qui, des heures de temps, jasaient tout près les unes des autres. La plupart, sans masque. — (Josée Legault, Imposer le masque dans les parcs? Pourquoi pas!, Le Journal de Québec, 13 avril 2021)
    • J’ai jasé avec mon ami en revenant de l’école.

Dérivés[modifier le wikicode]

Traductions[modifier le wikicode]

Traductions à trier[modifier le wikicode]

Prononciation[modifier le wikicode]


Paronymes[modifier le wikicode]

Références[modifier le wikicode]

Gallo[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

Étymologie manquante ou incomplète. Si vous la connaissez, vous pouvez l’ajouter en cliquant ici.

Verbe [modifier le wikicode]

jaser \Prononciation ?\ 1er groupe (voir la conjugaison) (graphie inconnue)

  1. Babiller.

Références[modifier le wikicode]